Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chroniques De Lectures

  • : Chroniques de lecture
  • Chroniques de lecture
  • : Journal de lecture plutôt fourre-tout : des livres encore des livres pour tous les âges et tous les goûts... Vous êtes chez YueYin
  • Contact

On s'y retrouve...quand ils sont à jour

Rechercher

...


badge80x15-DARCY.gif
cmwjoss.gif
babelio-buton.jpg

lca.gif
 

Wikio - Top des blogs - LitteratureWikio - Top des blogs

Archives

billets à venir (un jour)

Middlesex - Eugenides
Mal de pierre - M. Agus
Le lézard lubrique de melancholy grove - Moore
Le passage de la nuit - Murakami
Chocolat - J. Harris
Fascination/tentation - S. Meyer

Les mangeurs d'étoiles - R. Gary
Voleurs de plage - J. Harris
La fille de 3eB - C. grenier
Le libraire - De Moraira
Le désert de la grâce - Pujade-Renaud
La maison en papier - CM Dominguez
Presque un mélo - M Efstathiadi
Le retour de Sethos - E. Peters
Le treizième conte - D. Setterfield
Voie sans issue - Collins Dickens
De si bonnes amies - J. Trollope
L'inconnu d'Athène - A. Zouroudi
Le voyeur du yorkshire
L'appel du passé - E Goudge
L'homme squelette - T. Hillerman
La taupe et le dragon - N. Champetier
Tout là bas - Arlette Cousture
La traversée du continent - M. Tremblay
Breaking Dawn - S Meyer
L'arrière saison - P Besson
Les Baïnes - Eric Holder
Petits arrangements avec l'infame - P Parry
Les 4 filles du docteur March - LM Alcott
Dans les bois eternels - F vargas
Thérèse et Pierrette à l'école des saints anges - M Tremblay
Le baiser des ombres - LK Hamilton
les vendredi d'Eléanore - J Trollope
This is not a love song - JP Blondel
Bonbons assortis - M tremblay
Rececca - D. du Maurier
Accès direct à la plage - JP Blondel
Le puit des histoires perdues - J Fforde
Papa longues jambes - J. Webster
Odd & the frost Giant - N. Gailman
Chagrin ferraille - G. Cook
Riverdream - RR Martin
Fashion Victim - I Cohen Janca
Le jour de grâce - R. Van Gulik
Une saison de Célibat - Schields/Howard
Mort d'une garce - C. Dexter
Qui comme  Ulysse - G Flipo
Qoëlet
Celui qui bave et qui glougloute - Wagner
Le grand Meaulne - A-Fournier
Le chant du cosmos - R Wagner
Préludes/La Baie - K. Mansfield
Souper mortel aux étuves - M. Barrière
Le jour où einstein s'est échappé - J Bialot
La femme coquelicot - N. Châtelet
Les invités - P Assouline
L'évangile selon Pilate - EE Schmitt
Ten big ones - J. evanovitch
Eleven on top
- J. evanovitch
Twelve sharp - J. evanovitch
Tila pirate malgré elle - P. Juste
Un minuscule inventaire - JP Blondel
Au bon roman - L. Cossé
Millenium 1 - S. Larsson
Millenium 2 - S Larsson
La troisième lettre - M. Marineau
Le canyon des ombres - JD Doss
Journal d'un vampire - LJ Smith
True bood 4,5,6,7 - C Harris
Même pas Malte - Maité Bernard
La lettre - Jennifer Tremblay
Le bibliothécaire - Larry Beinhart
Percy Jackson - tome 2,3 et 4
Le journal d'un ange - P. Corbucci



10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 07:00
Après une vie passé à courir le monde, Rosie éprouve le besoin de renouer avec ses racines en retournant à Dublin s'occuper de la tante qui l'a élevée. Comme elle s'ennuit à mourir dans un quartier qui semble n'avoir pas bougé d'un iota depuis son enfance, elle décide d'écrire un livre de développement personnel sur le vieillissement et comme la seule personne qu'elle connait dans l'édition vit aux Etats-Unis, ce sera pour le marché amérivain. Un voyage à New York pour négocier le contrat va bouleverser ses perceptions, car si Rosie ne pense plus qu'à renouer avec l'Europe et ses valeurs, rebutée qu'elle est par le positivisme à tout crin, sa tante Min, qui l'a rejointe, semble s'épanouir dans le vécu américain de la vieillesse - et refuse de rentrer.
Ce roman nous offre une très belle reflexion croisée sur le passage du temps, la vieillesse qui pointe son nez, les renoncements, ces choses perdues qui ne reviendront plus... Alors que la cinquantaine épanouie de Rosie la plonge dans un questionnement éprouvant sur sa place dans le monde et dans le regard de l'Autre, les soixante dix ans de Min s'éveillent et pétillent sous d'autres cieux. Est-ce les continents qui s'opposent ou plus simpement deux expériences très différentes de la vie ? Nuala o'Faolain campe une galerie de personnages extrèmement attachants, généreux à leur façon qui n'est pas forcément celle que les autres attendent, compliqués, souvent solitaires, empétrés dans des vies qui n'ont pas toujours rempli leurs promesses à moins qu'elles ne l'aient trop bien fait... avant !
Le talent de conteuse de l'auteur allié à son écriture ample et vivante font de ce roman un plaisir de lecture ; une histoire qu'il est bien difficile de lâcher en cours en route et qui nous trotte longtemps dans la tête.

Best Love Rosie - Nuala O'Faolain - 2007 - Traduit de l'anglais (Irlande) par Judith Roze - éditions Sabine Wespieser

L'avis de Choupynette (que je remercie pour son prêt), de Cuné, de Keisha, de Chiffonnette

Repost 0
Published by yueyin - dans roman irlandais
commenter cet article
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 12:00
Pour notre club toulousain, je devais lire un roman dont le titre comporte un prénom, j'ai donc exhumé des profondeurs de ma pal Zoli de Colum McCann sans trop d'espoir. J'avais eu envie de le lire et puis les avis mitigés m'avaient fait retarder ma lecture. Et bien ce fut finalement une agréable surprise car ce roman m'a bousculée et accrochée.
Je me suis d'abord rendu compte que je m'en étais fait une image totalement fausse, je m'imaginais le roman d'une vie echevelée sur fond dramatiquement historique et bien ce n'est pas cela, pas du tout... Qu'est-ce alors ? Et bien c'est là que cela se complique !

Le point de départ est une petite fille toujours sur le fil de la différence. Son grand père a commencé par lui attribuer un surnom masculin, le prénom de son fils ainé (son oncle à elle) qui est mort pour les roms en quittant les clans et tournant le dos à la tradition. Ce même grand père lui a également appris à lire, chose interdite dans une culture qui revendique son oralité. Plus tard les chansons de Zoli séduisent un poète communiste "officiel" qui tente de la faire connaitre. Est-il sincère ? Peut-être. Mais le pouvoir en place a décidé d'utiliser cette poétesse tsigane à sa façon, en faisant d'elle le symbole du "nouveau" tzigane, "libéré" de la tradition ce qui signifie à terme intégration et sédentarisation... Entre temps Zoli a été bannie par les siens après la publication de ses poèmes. Commence pour elle une errance absolue vers nulle part qui aboutira contre toute attente a l'apaisement.

Tout d'abord je voudrais dire que le style de Colum Macnamm m'a complètement bluffé. Son écriture est à la fois puissante, brillante et d'une force d'évocation incroyable. Je suis encore sous le charme, il fallait que ce fut dit !

Ensuite, je crois comprendre pourquoi ce livre a parfois déplu et en particulier à cause de Zoli elle-même, ce point central, un personnage aussi peu attachant que possible. Alors qu'on semble suivre sa vie pas à pas, jamais elle ne montre le moindre sentiment, le moindre recul, le moindre intérêt pour qui que ce soit. Etre centrée à ce point sur soi-même rend rarement sympathique et peut même sonner creux. Pourtant c'est un peu là que j'extravague parce que pour moi Zoli a rapidement cessé d'être un personnage pour devenir un symbole ou plutôt une allégorie.

Allégorie du peuple rom et de son histoire. Tolérés, pourchassés, instrumentalisés, admirés, méprisés, les roms ont développé une culture opaque et secrète qui ne s'ouvre pas facilement. De ce point de vue, Colum McCann livre un étonnant témoignage, pas une réflexion ni un essai, simplement une vision sans angélisme ni diabolisation d'un peuple a priori incompréhensible pour la plupart des gens et qui de toute façon ne cherche pas spécialement à s'expliquer.

Allégorie également des changements imposés par le XXe siècle, entre tradition et modernité, oralité et écriture, nomadisme et sédentarisation, mais aussi marge et intégration, préjugés des uns contre a priori des autres, rejet contre refus. A ce sujet il m'a semblé que le propos tendait nettement vers l'universel...
L'acculturation par les sociétés dominantes fait des ravages depuis des siècle et le XXe n'est pas une exception. Les hésitations de Zoli, ses transgressions, ses discours successifs parfois contradictoires mais pratiquement toujours formatés (tradition puis communisme puis tradition), ses chutes en avant, ses tentatives de retour en arrières  m'ont paru représenter les à-coups de l'histoire et de la résistance d'un peuple, voire la dynamique de la marge en général plutôt que la vie d'un personnage unique. En ce sens, la fin qui est la partie la plus touchante car les sentiments y ont enfin leur part, boucle assez joliment la boucle puisque la l'enfant de Zoli, fille d'une rom exclue pour avoir mis son nom sur un livre organise un colloque sur la culture tsigane animé par des intellectuels roms...  joli retournement mais image bien réelle également de l'inéluctabilité de certains changements.

Finalement un livre étrange, touffu, aux personnages peu avenants, dérangeant par certains côtés mais puissant aussi, poétique et dont la force d'évocation incite à la réflexion.


Lu dans le cadre de la quatrième rencontre littéraire du club .
Le prochain thème sera la littérature fantastique (un bonbon à qui devine qui a proposé ce thème !).
Ce roman faisait également partie de mon challenge

et merci à
Bluegrey pour son prêt.

Zoli - Colum McCann - 2007 - traduit de l'anglais par Jean-Luc Piningre, Belfond
Repost 0
Published by yueyin - dans roman irlandais
commenter cet article

Articles Récents

Le livre d'or

livre_20dragon2.gif

Mes balades...

badges-80x15-ALAURE.png

badges-80x15-ANJELICA.jpg

 

Kikimundo

 

 

En sommeil



--milie-bouton.jpg