Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chroniques De Lectures

  • : Chroniques de lecture
  • Chroniques de lecture
  • : Journal de lecture plutôt fourre-tout : des livres encore des livres pour tous les âges et tous les goûts... Vous êtes chez YueYin
  • Contact

On s'y retrouve...quand ils sont à jour

Rechercher

...


badge80x15-DARCY.gif
cmwjoss.gif
babelio-buton.jpg

lca.gif
 

Wikio - Top des blogs - LitteratureWikio - Top des blogs

Archives

billets à venir (un jour)

Middlesex - Eugenides
Mal de pierre - M. Agus
Le lézard lubrique de melancholy grove - Moore
Le passage de la nuit - Murakami
Chocolat - J. Harris
Fascination/tentation - S. Meyer

Les mangeurs d'étoiles - R. Gary
Voleurs de plage - J. Harris
La fille de 3eB - C. grenier
Le libraire - De Moraira
Le désert de la grâce - Pujade-Renaud
La maison en papier - CM Dominguez
Presque un mélo - M Efstathiadi
Le retour de Sethos - E. Peters
Le treizième conte - D. Setterfield
Voie sans issue - Collins Dickens
De si bonnes amies - J. Trollope
L'inconnu d'Athène - A. Zouroudi
Le voyeur du yorkshire
L'appel du passé - E Goudge
L'homme squelette - T. Hillerman
La taupe et le dragon - N. Champetier
Tout là bas - Arlette Cousture
La traversée du continent - M. Tremblay
Breaking Dawn - S Meyer
L'arrière saison - P Besson
Les Baïnes - Eric Holder
Petits arrangements avec l'infame - P Parry
Les 4 filles du docteur March - LM Alcott
Dans les bois eternels - F vargas
Thérèse et Pierrette à l'école des saints anges - M Tremblay
Le baiser des ombres - LK Hamilton
les vendredi d'Eléanore - J Trollope
This is not a love song - JP Blondel
Bonbons assortis - M tremblay
Rececca - D. du Maurier
Accès direct à la plage - JP Blondel
Le puit des histoires perdues - J Fforde
Papa longues jambes - J. Webster
Odd & the frost Giant - N. Gailman
Chagrin ferraille - G. Cook
Riverdream - RR Martin
Fashion Victim - I Cohen Janca
Le jour de grâce - R. Van Gulik
Une saison de Célibat - Schields/Howard
Mort d'une garce - C. Dexter
Qui comme  Ulysse - G Flipo
Qoëlet
Celui qui bave et qui glougloute - Wagner
Le grand Meaulne - A-Fournier
Le chant du cosmos - R Wagner
Préludes/La Baie - K. Mansfield
Souper mortel aux étuves - M. Barrière
Le jour où einstein s'est échappé - J Bialot
La femme coquelicot - N. Châtelet
Les invités - P Assouline
L'évangile selon Pilate - EE Schmitt
Ten big ones - J. evanovitch
Eleven on top
- J. evanovitch
Twelve sharp - J. evanovitch
Tila pirate malgré elle - P. Juste
Un minuscule inventaire - JP Blondel
Au bon roman - L. Cossé
Millenium 1 - S. Larsson
Millenium 2 - S Larsson
La troisième lettre - M. Marineau
Le canyon des ombres - JD Doss
Journal d'un vampire - LJ Smith
True bood 4,5,6,7 - C Harris
Même pas Malte - Maité Bernard
La lettre - Jennifer Tremblay
Le bibliothécaire - Larry Beinhart
Percy Jackson - tome 2,3 et 4
Le journal d'un ange - P. Corbucci



11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 20:47

Au tout début du XXe siècle, un trio de jeunes américains aventureux se lancent à la recherche d'un mystérieux pays peuplés uniquement de femmes. Chacun porté par ses fantasmes, ils ont imaginé toutes les formes que pourraient prendre une telle société, domination des hommes, sexes séparés voire mensonges institutionnels etc. la vérité se révélera totalement inattendue et changera à jamais leur vision du monde.

Herland est une utopie aux sens premiers du mot : une société idéale située nulle part. Concrètement, Gilman empreinte son cadre aux romans d'aventure en vogue à son époque - tels ceux de Henri Ridder Haggard ou Edgar Rice Burrough, et campe une vallée perdue, séparée du reste du monde par une infranchissable barrière montagneuse où - fantasme suprême - ne vivent que des femmes. Seulement loin de chercher à enrichir la littérature de genre d'une nouvelle variation autour d'aventures exotico-fantastiques teintées d'érotisme colonial, l'auteure utilise cet artifice pour camper sa société idéale. Un monde libéré des guerres et des maladies, de la pauvreté et de la peur, vu à travers les yeux de trois jeunes hommes - aussi étrangers que des martiens - totalement désorientés par les "femmes" si peu féminines qui les accueillent plutôt aimablement après une réception à la fois musclée et non violente.

Charlotte Perkins Gilman est célèbre pour son féminisme mais si la condition des femmes est au centre du roman - Van le narrateur se rendant peu à peu compte que ce qui lui semblait tout naturel dans la condition féminine n'était qu'une construction culturelle inférée par les hommes, elle aborde bien d'autres thèmes. La société qu'elle décrit est à la fois progressiste, non violente, socialiste et égalitaire. Ni classe, ni hiérarchie, ni honneur, ni argent... chacune travaille à l'oeuvre commune avec toujours en perspective l'idée d'améliorer l'efficacité et l'esthétique d'un élément de la société. La communauté et la coopération sont constamment opposées aux valeurs des hommes et notamment à celles de Terry - archétype du mâle occidental - l’individualisme et la compétition, amenant censément le lecteur - à travers les naïves questions des herlandiennes - à se poser de sérieuse question sur le bien fondée des dites valeurs. Plus intéressant encore, Gilman aiguillonne vertement traditions et religion, y opposant une vision entièrement fondée sur le rationalisme et l'efficacité - pourquoi demande l'une des protagonistes continuer à révérer des idées du passé quand nos connaissances ont tant évolué ? Une vraie remise en question du christianisme - si masculin - que je n'attendais guère dans un roman de  cette période.

Alors certes l'oeuvre reste marquée par son époque et Gilman cède un peu aux préjugés de son époque - tant qu'ils ne concernent pas les femmes - l'eugénisme et la conception de l'hérédité démangent un tantinet mais peu importe. Tel quel c'est un étonnant monument au féminisme, peut-être un peu étouffant cent ans plus tard - à Herland absolument tout doit  être utile,  les arbres ont donc tous été remplacés par des fruitiers, les animaux inutiles - les chiens - ont disparus et bien d'autres traits - mais bourrées d'idées étonnamment modernes dont certaines suscitent toujours autant d'intérêt. J'ajouterai quand même que la solution au problème purement sexuel de l'introduction de trois hommes dans un tel monde, illustre cruellement l'opinion que pouvait avoir une femme disons mûre - Charlotte était déjà divorcée et remariée quand elle a écrit ce roman - des "relations intimes" entre époux. Edifiant !

Herland - Charlotte Perkins Gilman - 1915

PS : Je ne vous ai évidemment pas révélé comment une telle société uniquement composée d'être humains de sexe féminins a pu perdurer... Vous aurez la surprise (quoique ce ne soit évidemment pas l'essentiel du roman).

PPS : Charlotte Perkins Gilman, célèbre à son époque, a eu un certain impact sur la littérature avec un renouveau dans les années soixante-dix quand son oeuvre a été exhumée des tiroirs où elle prenait la poussière. Elle a notamment écrit, à partir de sa propre expérience, ce qui doit être la première histoire d'une dépression postpartum : the yellow wallpaper. Margaret Atwood et Ursula Le Guin seraient ses admiratrices proclamées...

PPS : Herland n'a malheureusement pas été traduit à ma connaissance mais il est dans le domaine public et vous pouvez sans problème le trouver sur le net.

Bien que ce ne soit définitivement pas un roman d'anticipation, je l'ai lu dans le cadre du challenge Anticipation de Julie des magnolias avec qui j'ai partagé cette lecture et il rentre également dans le mois américain de noctenbule - coup double quoi :-)

Repost 0
Published by yueyin - dans Roman américain
commenter cet article
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 22:25

 

Orage.JPGOrage - Hourtin - 2013

Repost 0
Published by yueyin - dans images de voyage
commenter cet article
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 11:45

Depuis neuf jours, Achille debout, inconsolable, sur son char, va et vient sous les remparts de Troie, trainant dans la poussière le corps nu et saignant d'Hector. Mais pas plus que la mort de l'ennemi, la profanation de son corps n'amène le repos à son esprit ravagé par le deuil. Depuis neuf jours, du haut des murailles, Priam grand roi de Troie contemple en souffrance le corps de son fils jour après jour profané et souillé. Et puis au cours d'une nuit d'insomnie mêlée de mauvaise somnolence, une vision le trouble et lui fait entrevoir l'ombre d'une issue...

David Malouf revisite donc ici la célèbre visite de Priam à Achille - un père en chemise dépourvu de tout attribut royal venu supplier un autre père de lui rendre son fils mort contre un trésor de métal devenu sans valeur - et fait d'un des plus émouvants passages de l'Iliade une sublime méditation sur la vie, le temps, la vanité des apparences et de la place de chacun en ce monde - De la peine cruelle jusqu'à devenir inexprimable de ces archétypes, le roi et le héros, nait la sagesse, l'acceptation, de deuil, l'homme enfin, dépouillé de ses oripeaux d'apparat et soudain nu devant l'autre si semblable à lui-même. De quoi nous parle exactement l'auteur ? Je me suis souvent posé la question pendant ma lecture et toutes sortes d'idées se sont bousculées et se bousculent encore dans ma tête, de la guerre certainement - vain divertissement de dieux cruels aux dépens de mortels abusés, l'entêtement des apparences qui mène à la souffrance et aux regrets, l'aveuglement né de postures qui font passer à côté de l'essentiel, bien d'autres encore qui font de ce bijoux de livre écrit (et traduit) dans une langue magnifique un inépuisable sujet de réflexion et de plaisir. Préparez-vous à goûter la tranquillité fragile d'une journée de trêve, le froid de l'onde, la chaleur du soleil, l'âpreté de la poussière, en bringuebalant doucement au rythme d'une carriole menée par deux vieux hommes aussi différents et semblables que possible. Magnifique !

 

Une rançon - David Malouf - traduit de l'anglais (Australie) par Nadine Gassie - 2013 - Albin Michel  

 

PS : Deux questions se posent, pourquoi diable n'ai-je pas plus entendu parler de cette merveille de la rentrée ? et comment ai-je pu passer jusqu'ici à côté d'un auteur australien à l'écriture aussi sublime ? Je DOIS lire autre chose de lui...

Repost 0
Published by yueyin - dans roman australien
commenter cet article
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 11:20

coulee-de-soleil.JPGSaint-Antoine-Cumond -  Novembre 2013

Repost 0
Published by yueyin - dans images de voyage
commenter cet article
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 21:02

Jean-Jean, petit employé du service de sécurtié d'un supermarché tentaculaire, se retrouve bien malgré lui - mais non sans raison - la cible d'une vendetta des plus sanglantes. En décidant de liquider toute sa famille toutefois, le quatuor d'hommes loups lancés sur ses traces avaient compté sans les deux femmes de sa vie - la légitime à l'adn joyeusement saupoudré de mamba vert et la convoitée plutôt loutre question génétique. Femmes peu commodes l'une comme l'autre...

Alors disons le tout de suite, ce bouquin est quand même bien barré. En soi ce ne serait pas un mal d'autant que le style est réjouissant et que la dénonciation au vitriol du libéralisme galopant à la sauce mercatique est tout ce qu'il y a de plus réussie, dans une tonalité gris glauque bien angoissante. L'intrigue - un rien longue peut-être à mettre en place - est plutôt bien menée dans le genre  thriller sanglant et les personnages, quoique déprimés et déprimants, bien campés - mention spéciale pour les loups, effrayants comme dans un conte. Pourtant la sauce n'a pas pris et je me suis longuement demandé pourquoi. En fait, j'ai bien failli abandonner en cours de lecture alors que je trouve à ce roman des qualités objectives.

A la réflexion, je crois que c'est le langage qui m'a été indigeste. Il parait que l'auteur s'est longuement documenté pour rendre au mieux le langage des professionnels de la vente, et bien disons qu'en ce qui me concerne il a trop bien réussi. Je suis allergique à ce charabia - que j'entends déjà bien trop partout - alors à longueur de page et même pour en dénoncer le ronflant et le creux, c'est vraiment trop pour moi. Quant au côté désopilant vanté partout, j'y suis apparement insensible - j'y ai vu du cynisme et de la noirceur oui - un peu de facilité parfois, mais vraiment rien de drolatique... Ce monde - malgré quelques injections symboliques de gènes lupins ou reptiliens - ressemble bien trop au nôtre pour me faire rire. Allez, j'ajoute quand même un bonus pour pour le final, le coup d'ikéa (non je ne vous en dirais pas plus) après un final haut en couleur (non vous ne saurez rien) a réussi à me faire sourire (jaune). Sinistre !

Manuel de survie à l'usage des incapables - Thomas Gunzig - Au diable vauvert - 2013

Lecture commune avec Julie des Magnolias dans le cadre de son année de l'anticipation

Repost 0
Published by yueyin - dans roman français
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 21:18

Depuis si longtemps maintenant qu'il ne reste aucun souvenir de la catastrophe, l'air de la terre s'est mué en poison pour l'humanité. Les survivants se sont réfugiés dans les profondeurs de la terre et plus précisément dans un cylindre de 144 étages reliés entre eux par un unique escalier métallique. L'étage supérieur abrite d'immenses écrans d'où l'on peut contempler l'extérieur, ou plutôt ce qu'il en reste un désert toxique et stérile. Malgré la tristesse du spectacle, cette vue est le dernier fil qui relie les hommes à l'extérieur et lorsque l'un d'eux commet un acte grave, c'est au nettoyage qu'il est condamné - condamné à sortir pour décrasser des objectifs des caméras avant d'être rongé par l'atmosphère délétère. Le plus surprenant étant que même les pires révoltés, ceux qui jurent jusqu'à la dernière minute qu'il ne feront jamais ce que l'on attend d'eux, s'exécutent toujours...

Les mondes clos m'ont toujours fascinée tout comme les romans post-apocalyptiques, alors les deux réunis, il me fallait y faire un tour. Bonne nouvelle, Silo, phénomène d'édition actuel, est un roman de facture classique plutôt réussi. Publié à l'origine en autoédition sur le net sous forme de nouvelles, il souffre cependant de quelques défauts de conception. Les deux premières histoires sont très réussies mettant en scène des personnages bien campés dans une atmosphère confinée suffocante à souhait et les intrigues fort bien menées permettent de découvrir en filigrane l'univers du silo, ses règles, ses coutumes, son organisation sociale, le tout dans un style agréable et efficace. La dernière histoire en revanche - la plus longue et de loin - écrite à la demande des fans des deux premières - qui se multipliaient - pêche nettement par sa construction et manque de rythme. L'histoire est beaucoup plus conventionnelle et les personnages secondaires moins fouillés. Reste une bonne déclinaison du thème de l'explorateur solitaire dans la lignée de Chroniques martiennes mais version graisse et boulon et un final un rien convenu mais bien accrocheur. Dans l'ensemble un bon roman donc qui aurait mérité l'oeil acéré d'un bon éditeur avant d'être publié - peut être touche-t-on là les limites de l'autoédition.

Entraîné par mon élan et par l'intérêt bien réel que présente ce monde clos, j'ai relu dans la foulée Les monades urbaines de Robert Silverberg dont le thème m'apparaissait étrangement similaire. Dans un futur quelques peu lointain, l'humanité a trouvé la solution à la surpopulation par l'avènement de la civilisation verticale urbmonadiale. Les hommes vivent maintenant enfermés dans d'immenses tours de 1000 étages totalement autosuffisantes. Ce microcosme s'organise en villages d'une vingtaine de niveaux dont la position marque le statut des occupants - les puissants en haut, les pauvres en bas - mais quelque soit sa position, tout le monde se doit désormais d'être heureux dans le meilleur des mondes.

La comparaison des règles strictes qui régissent ces deux univers fermés m'ont bien amusée tant elles reflètent leurs époques d'écriture - liberté sexuelle totale dans celui des années soixante-dix, liaisons contrôlées devant être déclarées et approuvées dans celui des années 2010. Obsession de l'énergie et de l'information dans ce dernier quand le mysticisme, l'hypertechnologie et les psychotropes dominaient le plus ancien. Là où Silo - essentiellement post apocalyptique - exhude la poussière grise du vieux métal, Les monades urbaines campe une pure dystopie toute en lumière dorée et gaité glaçante. La comparaison s'arrête là, le Silverberg, publié lui-aussi sous forme de nouvelles en son temps, est à mon sens bien meilleur tant du point de vue de l'écriture que des intrigues ou des personnages mais je suis sans doute injuste, c'est un de mes romans cultes. No futur !

 

Silo - Hugh Howey - traduit e l'anglais par Yoann Gentric et Laure Manceau - 2013 - Acte sud exofictions

Les monades urbaines - Robert Silverberg - traduit de l'anglais par Michel Rivelin - 1974 - Laffont


Lu dans le cadre de l'année anticipation de Julie et du mois américain à rallonge de Noc tembule

anticipation3.png

Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 20:15

Il parait qu'autrefois certains animaux traversaient le ciel grâce à leur ailes, de fins bras couverts de plumes qui battaient comme des éventails. Ils glissaient dans l'air à plat ventre, sans tomber. (...) On les appelaient "les oiseaux". Petite, j'ai demandé à ma mère de me raconter, mais elle a changé de sujet. Cette histoire d'"oiseaux" est-elle vraie ? Voilà le genre de question que se pose Petite boîte d'os, la fille du pasteur, quand elle rêve sur les pontons de son village, près du lac dont les eaux semblent monter année après année tandis que la pêche - principale activité du coin - cède peu à peu la place à l'élevage de cochons amphibies fluorescents. Car tout comme l'eau monte, le changement est inévitable et Petite boite d'os en sera inévitablement spectatrice. On ne saura pas grand chose de plus sur ces cochons qui luisent doucement dans le lac-cimetière, ni sur ces fameux oiseaux. Ont-ils existé ? Et si oui, que sont-ils devenus ? Mais on saura tout de Petite boîte, de sa famille, de sa vision du monde et de sa vie...

Comment parler de ce très court texte - à peine une cinquantaine de pages - d'une densité exceptionnelle. Je le vois comme un long poème en prose à l'écriture lumineuse qui aurait très bien pu s'appeler Vie ou Changement. J'aime son titre cependant, Monde sans oiseaux, car il épingle sans en avoir l'air la subjectivité de ce regard qui sera notre seule fenêtre sur ce monde qui reste un mystère. Je l'ai lu en apnée, d'une traite, je ne dirais pas fiévreusement car la langue est trop belle pour qu'on la survole mais sans pouvoir le poser une seconde. Non à cause d'un quelquonque suspens mais comme prise au piège de cette femme simple, aussi ordinaire et complexe que vous et moi. On grandit avec elle, on questionne, on se révolte, on s'assagit, on aime, on souffre, on vieillit et on referme le livre quelque peu désorienté et passablement hors du temps... Beau et effrayant comme un lac dont l'eau monte !

Monde sans oiseaux - Karin Serres - 2013 - Stock

L'avis de Julie des magnolias avec qui je partage cette lecture commune, lecture qui pourrait également faire partie d'un hypothétique challenge 1% de la rentrée littéraire (je me rapproche, j'en suis à trois livres lus sur six)

Repost 0
Published by yueyin - dans roman français
commenter cet article
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 22:20

Quelques part dans l'Ouest, une ville surgit de terre. De partout, ils convergent fuyant ou suivant, convoyant une solitude, une histoire, un désespoir, mais de l'espoir aussi. Celui d'une vie meilleure, ou peut-être simplement d'un ailleurs. Qui en chariot bâché, qui à cheval, à pieds, en groupe ou solitaires... ils convergent à travers la prairie vers l'endroit qui les accueillera. Zebulon, Gifford, Arcadia, Bird Boisvert, Eaux-qui-courent-ensemble, Jeff, Brad ou Xia Niu, les voilà, ils arrivent...

Alors soyons clair, ce livre est un western, que dis-je un western, c'est l'essence même du western. Tout y est, cow-boys, indiens, fermiers, saloon avec entraineuses au grand coeur, baignoires fumantes (On imagine le cavalier crotté cigare au bec et chapeau sur la tête, immergé jusqu'au coup, si si vous avez déjà vu l'image), barbier (Grand Ennio quelle scène, tout droit sortie d'un Sergio Leone de légende (qui trouvera lequel ?)), Chinois doués pour le massage (et la blanchisserie), bref tout y est. Peut être pas l'Ouest historique - je n'en sais rien - mais certainement l'Ouest mythique tissé de toutes les références qui nous ont fait rêver depuis l'enfance, quand nous voulions tour à tour être le cow-boy ou l'indien - le côté fermier façon petite maison dans la prairie ne m'a jamais fait vraiment rêver - selon le dernier programme télé. Pourtant malgré cet assemblage de clichés, on est loin de la parodie. Faillir être flingué est un vrai western, drôle voire à la limite du burlesque, plein de personnages attachants, de paysages grandioses, de vraie magie et de situations cocasses ou dramatiques. Céline Minard manie une langue efficace, fluide et légère comme le vent sur la prairie et la met au service d'un roman hardiment mené et pour tout dire jubilatoire. Sur une musique d'Ennio Morricone !

Faillir être flingué - Céline Minard - Rivages - 2013

Les avis de Cuné et de Blue qui en parlent superbement.

Ce roman peut très bien faire partie du Mois américain – il se passe au Far West, suivez un peu - ou d'un Challenge 1 % de la rentrée littéraire que je n'avais pas prévu de faire mais qui pourrait bien être réalisé quand même.

PS : Alors vous avez trouvé quel film contient une scène d'anthologie à base de barbier hum ?

PPS : Et la balnéothérapie façon cigarillos, ça vous rappelle quelqu'un ? Ah Clint, Clint...

Repost 0
Published by yueyin - dans roman français
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 08:21

Dans la communauté juive hassidique de Brooklyn, il n'est pas de place pour la futilité de l'art. Lorsqu'un de ses membres, tout jeune fils d'un important émissaire du Rebbe, révèle une passion inquiétante pour le dessin, chacun est persuadé que ces puérilités n'auront qu'un temps et qu'en grandissant l'enfant saura se consacrer à l'étude avec tout le sérieux requis. Pour le jeune Ashev cependant, renoncer à son don même pour satisfaire des parents qu'il révère, s'avère une épreuve insupportable. Peu à peu, il se rend compte qu'être soi-même peut mener à des choix cruels pour lui comme pour les autres...

C'est une conversation enthousiaste avec Cécile autour de Hadassa (mon coup de coeur de l'été), de la religion en général, des traditions et du judaïsme en particulier qui m'a amené à ce livre (en fait qui a amené ce livre dans ma boite aux lettres, encore merci Cess pour ce beau présent), et quelle belle découverte ce fut. Tout d'abord pour cette plongée dans une communauté plus que jamais fermée sur elle-même dans ces années cinquante où aux souvenirs de la guerre s'ajoutent, pour ces ashkénazes originaires d’Europe de l'est, les nouvelles d'une Union soviétique aussi antisémite que la Russie tsariste. Mais aussi et surtout pour cette confrontation entre deux univers incompatibles (et pour moi aussi exotique l'un que l'autre) - celui de la famille - au sens large -, de la religion et de tout ce que Ashev connait d'un côté, celui de ses aspirations de l'autre. Des aspirations tyranniques, incontournables, obsessionnelles le contraignant à des choix qui - il le sait - susciteront incompréhension et souffrance autour de lui. Cette passion exigeante m'a souvent rappelé Corps et Âmes de Franck Conroy, autre éblouissante trajectoire d'un Wunderkind mais dans le monde de la musique. Chaïm Potok a l'art de tracer des portraits puissants, celui d'un père aimant mais incapable de comprendre son enfant, celui d'une mère déchirée entre son fils, son mari mais aussi les impératifs de sa religion qui la pousse à choisir une voie de dévouement aux autres, à la communauté. Choix que chacun attend d'Ashev et qu'il ne peut se résoudre à faire. Fascinant !

Je m'appelle Ashev Lev - Chaim Potok - 1972 - traduit de l'anglais (américain) par Catherine Gary et Fabrice Hélion

PS : Il y a une suite – Le don D'Ashev Lev, écrite dix-huit ans plus tard et qui m'appelle...

PPS : Non je n'ai jamais écrit de billet sur Corps et Âme, honte sur moi, mais lisez-le, il le vaut bien...

Je crois bien que ce livre peut s'inscrire dans le mois américain de Noctambule, comme ça tombe...

Repost 0
Published by yueyin - dans Roman américain
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 13:00

Tout commence et tout finit au bout du monde, un boui-boui ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept où se rejoignent chauffeurs de taxis et esseulées diverses pour manger un spécial des fêtes (à l'année longue), boire du café, jouer aux cartes, parler, que sais-je, vivre un peu... Est-ce un recueil de nouvelles ? Peut-être mais pas seulement... Ces histoires s'enfilent comme des perles, chacune annonçant le personnage de l'histoire suivante, toutes intimement reliées par un jeu de miroir et de références. C'est le solstice d'hivers, un vieux film repasse à la télé - broken wings - l'héroïne est sur le point de mettre fin à ses jours rongée par la culpabilité, à moins que nous ne soyons à Elseneur ou à Huthering heights, envahis par les couleurs du Mexique ou de Gauguin, bercé par un thème lancinant qui nous échappe. Quelquepart dans le monde, un homme, à moins que ce ne soit une femme, rêve, se souvient, anticipe, change ou meurt peut être.

L'écriture d'Hélène Rioux est une merveille, puissante, évocatrice, souple, multiforme, elle colle à chaque personnage sans rien perdre de sa poésie, emmène le lecteur dans son tourbillon sans qu'il s'en doute. J'ai peiné en lisant le premier tiers du livre, trop noir, trop glauque, trop sombre, tous ces personnages aux ailes brisés me poignaient l'âme mais la musique de l'écriture était si belle que j'ai continué et puis, sans que je m'en aperçoive la magie a opéré, les références se sont nouées, le monde s'est organisé et je me suis laissé entrainer au bout du monde avec grand plaisir. Grisant !

Mercredi soir au bout du monde - Hélène Rioux - XYZ - 2007

L'avis de la divine Karine

PS : J'ai cru pendant tout le livre que Broken Wings était un vrai film mi il semble que non bien qu'il fasse référence sans aucun doute à des films noirs des années cinquante, quelque chose comme Ascenseur pour l'échafaud peut être. 

Ahem : Acte premier des prolongations de Qébec en septembre, cet article oublié dans mes brouillons... euh oui quoi ça arrive, c'est que je n'ai aps l'habitude d'avoir de l'avance (oui oui je sais, n'en jetez plus)

Repost 0

Articles Récents

Le livre d'or

livre_20dragon2.gif

Mes balades...

badges-80x15-ALAURE.png

badges-80x15-ANJELICA.jpg

 

Kikimundo

 

 

En sommeil



--milie-bouton.jpg