Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chroniques De Lectures

  • : Chroniques de lecture
  • Chroniques de lecture
  • : Journal de lecture plutôt fourre-tout : des livres encore des livres pour tous les âges et tous les goûts... Vous êtes chez YueYin
  • Contact

On s'y retrouve...quand ils sont à jour

Rechercher

...


badge80x15-DARCY.gif
cmwjoss.gif
babelio-buton.jpg

lca.gif
 

Wikio - Top des blogs - LitteratureWikio - Top des blogs

Archives

billets à venir (un jour)

Middlesex - Eugenides
Mal de pierre - M. Agus
Le lézard lubrique de melancholy grove - Moore
Le passage de la nuit - Murakami
Chocolat - J. Harris
Fascination/tentation - S. Meyer

Les mangeurs d'étoiles - R. Gary
Voleurs de plage - J. Harris
La fille de 3eB - C. grenier
Le libraire - De Moraira
Le désert de la grâce - Pujade-Renaud
La maison en papier - CM Dominguez
Presque un mélo - M Efstathiadi
Le retour de Sethos - E. Peters
Le treizième conte - D. Setterfield
Voie sans issue - Collins Dickens
De si bonnes amies - J. Trollope
L'inconnu d'Athène - A. Zouroudi
Le voyeur du yorkshire
L'appel du passé - E Goudge
L'homme squelette - T. Hillerman
La taupe et le dragon - N. Champetier
Tout là bas - Arlette Cousture
La traversée du continent - M. Tremblay
Breaking Dawn - S Meyer
L'arrière saison - P Besson
Les Baïnes - Eric Holder
Petits arrangements avec l'infame - P Parry
Les 4 filles du docteur March - LM Alcott
Dans les bois eternels - F vargas
Thérèse et Pierrette à l'école des saints anges - M Tremblay
Le baiser des ombres - LK Hamilton
les vendredi d'Eléanore - J Trollope
This is not a love song - JP Blondel
Bonbons assortis - M tremblay
Rececca - D. du Maurier
Accès direct à la plage - JP Blondel
Le puit des histoires perdues - J Fforde
Papa longues jambes - J. Webster
Odd & the frost Giant - N. Gailman
Chagrin ferraille - G. Cook
Riverdream - RR Martin
Fashion Victim - I Cohen Janca
Le jour de grâce - R. Van Gulik
Une saison de Célibat - Schields/Howard
Mort d'une garce - C. Dexter
Qui comme  Ulysse - G Flipo
Qoëlet
Celui qui bave et qui glougloute - Wagner
Le grand Meaulne - A-Fournier
Le chant du cosmos - R Wagner
Préludes/La Baie - K. Mansfield
Souper mortel aux étuves - M. Barrière
Le jour où einstein s'est échappé - J Bialot
La femme coquelicot - N. Châtelet
Les invités - P Assouline
L'évangile selon Pilate - EE Schmitt
Ten big ones - J. evanovitch
Eleven on top
- J. evanovitch
Twelve sharp - J. evanovitch
Tila pirate malgré elle - P. Juste
Un minuscule inventaire - JP Blondel
Au bon roman - L. Cossé
Millenium 1 - S. Larsson
Millenium 2 - S Larsson
La troisième lettre - M. Marineau
Le canyon des ombres - JD Doss
Journal d'un vampire - LJ Smith
True bood 4,5,6,7 - C Harris
Même pas Malte - Maité Bernard
La lettre - Jennifer Tremblay
Le bibliothécaire - Larry Beinhart
Percy Jackson - tome 2,3 et 4
Le journal d'un ange - P. Corbucci



8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 11:18

Salme se voit comme une femme simple et droite, son mari et elle ont travaillé comme merciers dans un village toute leur vie, ont élevé trois enfants qui réussissent bien et jouissent maintenant d'une retraite bien méritée. Bien sûr elle ne comprend guère la nouvelle Finlande mais qu'importe si ses enfants s'y trouvent bien. Lors d'une sortie avec sa fille ainée, Salme engage la conversation avec un écrivain, par définition un métier qu'elle réprouve, considérant toute fiction comme de un tissus de mensonges à condamner absolument. A ses yeux seuls les manuels et les livres techniques, "qui apprennent quelquechose" trouvent grâce. Seulement l'écrivain en question est séduit par la verve de Salme et lui propose beaucoup d'argent simplement pour l'écouter raconter sa vie. Or cet argent, bien qu'elle refuse de dire pourquoi, Salme en a besoin...

Je suis très partagée au sujet de ce roman, le début m'a beaucoup plu, la voix de Salme est savoureuse et sa façon de voir le monde réjouissante. L'analyse de la parole et de sa signification par rapport à la vérité, le travail, l'action, la vie même est vraiment intéressante et les échanges entre Salme et l'écrivain sont d'excellents moments de lecture. Là où j'ai eu plus de mal à adhérer c'est quand la parole glisse vers les enfants de Salme, sans que l'on sache s'il s'agit  de la réalité ou d'une vision fantasmée de l'écrivain. Quoiqu'il en soit, trop c'est trop ! Le malheur pour le malheur a tendance à me fatiguer et l'apitoiement sur soi à m'agacer. La Finlande file peut être un mauvais coton, je ne saurais dire, mais ces personnages-là n'ont rien qui puisse attirer une quelquonque sympathie de ma part. En fait j'ai même eu du mal à imaginer que des enfants élevés par Salme aient pu tous devenir à ce point veules, faibles et sans ressort. Cette surenchère a gaché pour moi la seconde partie du livre, à laquelle j'ai eu beaucoup de mal à m'intéresser. Dommage !

 

La part de l'homme - Kari Hotakainen - traduit du finnois par Anne Colin du terrail- 2011 - JC Lattès

 

Les avis beaucoup plus enthousiastes de Cryssilda, Shlabaya, Emma, Cathulu...

 

Lu dans le cadre de la semaine nordique (prolongée) de Cryssilda et Emma

Repost 0
Published by yueyin - dans roman scandinave
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 17:28

Avec beaucoup de retard, dû à des circonstances indépendantes de ma volonté mais fort liées à de vils virus mal embouchés, j'entame donc les prolongations de la semaine nordique organisée par Cryssilda et Emma. C'est que j'ai lu les bouquins et j'ai bien envie d'en parler... et comme il faut savoir faire d'une pierre plusieurs coups, je vais en profiter pour réanimer ma rentrée 1220 et des poussières qui s'ennuie dans son coin. Je suppose qu'on pourrait même présumer que l'auteur ou des auteurs anonymes de mes sagas sont bel et bien morts et que ce billet fait partie du challenge nécrophile. Ah si seulement ils étaient morts dans un beau naufrage au large du Vinland ou dans une éruption volcanique, quelle belle entrée pour le-dit challenge - mais on ne sait pas, tant pis.

Bref tout cela pour dire que grâce à la générosité de la très-estimée-et-très-nordique Isil, j'ai pu lire la saga d'Eirikr le rouge, suivi de celle dite des Groenlandais qui racontent toutes deux l'exploration et l'installation au Groenland d'Eirikr, après son bannissement d'Islande (pour meurtre), suivi de la découverte et de l'exploration des côtes du Vinland (potentiellement Terre neuve et les côte du Nouveau Brunswick et de la Nouvelle Angleterre quelque cinq siècles avant Christophe Colomb) par Leif Ericsson et Thorfinnr Karlsefni. Les sagas islandaises sont, d'après régis Boyer (et si j'ai bien compris), un genre essentiellement écrit (bien que le mot saga dérive du verbe raconter) censé rapporter la vie d'un personnage important du début à la fin, sans oublier la description de sa lignée (énumération est un terme tentant). Pourtant ici, ce n'est pas Eirikr qui est le personnage principal, simplement ces deux saga tournent autour de sa famille (fils, fille, protégés) et de sa fameuse installation au Groenland qui devait entrainer la première installation européenne en Amérique du nord. Où exactement ? On ne le sais pas, mais quelque part où il y avait des vignes sauvages, non pas à cause du mot Vinland mais parce qu'il est beaucoup question de ceps et de raisin dans ces pages.

Ce qu'il y a de bien avec les sagas, c'est qu'elles ne s'embarassent pas d'atermoiements, ici il est question de faits, de faits et encore de faits, les descriptions sont courtes, les personnages arment des vaisseaux, explorent, s'installent, négocient quand cela se présente, se battent quand cela leur chante et voilà... c'est rapide, ferme, viril et tout à fait étonnant quand on songe aux chemins parcourus, aux paysages vus et à la période de l'histoire où tout cela prend place, dans le courant du IXe siècle et les premières années du Xe, soit pour situer pendant le règne de Charlemagne. Certes il faut apprécier, ou du moins passer, les longues descriptions généalogiques mais personnellement je les trouve plutôt plaisantes si on n'essaie pas de retenir les noms ni de déméler de trop près tous les liens de parenté et que l'on se contente d'appécier à sa juste valeur le sens du surnom de nos grands ancêtres du nord. Thordr était le fils de Bjorn beurre-en-boite, fils de Hroaldr le triste, fils d'Aslakr, fils de Bjorn Flanc-de-fer, fils de Ragnarr aux braies velues. Et ainsi de suite... J'en ai pleuré à chaudes larmes en le lisant. En un mot comme en cent, mes premières sagas furent un beau plaisir de lecture, court, à peine cent pages en tout, mais plein d'intérêt. Médiévalo-nordique !

 

Saga d'Eirikr le rouge, suivi de la daga des Groenlandais - Anonyme - XIIIe siècle - traduit de l'islandais par Régis Boyer - Folio (ou la pléiade)

l'avis de dame Isil-Fae

PS : Là où Régis m'a un peu déçue (et pourtant je l'admire follement depuis que j'ai lu les Vikings) c'est quand il a supposé en note de bas de page que les Skraelingar, rencontrés au Vinland, pouvaient être des "esquimaux", et pourquoi pas des cônes glacés ? Je sais je pinaille, mais bon cela ne fait pas sérieux sérieux du coup.

(prolongation !)

 


 

Repost 0
Published by yueyin - dans roman scandinave
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 11:00

Cet étincelant golden challenge des Cantos d'Hypérion commence par une relecture... mais pas n'importe quelle relecture car ce roman, chroniqué il y a deux ans, fut une sorte de révélation (d'accord disons une découverte) et cette deuxième lecture n'a fait que confirmer la fascination qu'il exerce sur moi. Pour autant je ne m'étais pas précipitée comme je le pensais alors sur la suite. Sur le moment j'étais sonnée et sans doute ce premier tome se suffisait-il à lui-même. Avec le temps l'envie s'est estompée mais pas au point de disparaitre et grâce à Thom j'ai replongé avec horreur et délice dans l'univers de Dan Simmons.

En même temps, dans la mesure où j'ai déjà commis un billet qui clamait mon admiration à la face du monde, que dire de plus aujourd'hui ?

En deux mots pour ceux qui ont raté le début, Hypérion, planète des confins, est sur le point de tomber sous la menace des extros. Dans l'Hégémonie, on soupçonne une offensive beaucoup plus dangereuse à l'encontre du Retz  dans son ensemble et certains seraient prêt à tout pour que les tombeaux du temps, ces mystérieux artefacts antérieurs à l'humanité, ne tombent pas entre les mains de l'ennemi. En même temps, il semble que le Gritche, un croquemitaine de métal que l'on croyait mythique, se soit affranchi des limites de ces tombeaux et fasse sentir sa sanglante influence partout sur la planète, avant peut être de visiter le reste de l'humanité... Comme ultime mesure, à moins qu'il ne s'agisse d'un plan tordu resté dans l'ombre, un dernier pélerinage vers le Gritche est autorisé : sept personnes suffisament désespérées pour aller au devant d'une mort presque certaine sur un monde en déliquescence et chacune, au cours de ce difficile voyage, va partager ce qui la lie à la cruelle Hypérion.

Que dire de plus que la première fois ? C'est un livre monde, parfaitement monté et mis en scène, les différents récits permettent d'appréhender les multiples facettes d'un univers dans le temps et l'espace sans laisser de côté la psychologie des personnages. Toutes les dimensions s'emboitent impeccablement pour créer une histoire aux ramifications profondes. Mais ce que j'ai pu apprécier mieux encore cette fois-ci c'est à quel point les références littéraires sont imbriquées dans la substance même du récit, Keats bien sûr mais aussi Chaucer et Beowulf qui m'avaient passablement échappés la première fois et qui sont pour l'un à l'origine de la construction et pour l'autre carrément au coeur du récit, d'une certaine façon au moins. Disons que cet aspect ajoute encore à la magie de l'ensemble, en particulier pour moi qui n'aime rien tant qu'explorer les  univers de papier alors avec une histoire et des personnages aussi ambitieux en prime, c'est le paradis... enfin si on peut user de ce terme en parlant d'Hypérion. Magistral !

L'avis sans doute bien plus circonstancié de Thom

Hypérion - Dan Simmons - 1989 - traduit de l'anglais par Guy Abadia - 1990 - Robert Laffont (édité en poche chez Pocket)

Repost 0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 20:42

Les jeudis de Chiffonette,

"Vers la fin, bien sûr, il ne restait plus rien de toute cette splendeur. Il n'y avait plus que le claustrophobique hall à hydromel de Hrothgar, avec le monstre qui attendait dans les ténèbres de l'extérieur."

 

Hypérion - Dan Simmons

Repost 0
Published by yueyin - dans citations
commenter cet article
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 18:31

Aujourd'hui, presque exceptionnellement, je vais me conformer au thème officiel de the broke and the bookish : les meilleurs adaptations cinématographiques de romans. Bon comme je n'ai pas envie de faire des recherches, je vais simplement lister les dix qui me viennent à l'esprit spontanément. ce qui signifie sans doute que je les ai vus plus ou moins récemment et que je vais certainement en oublier mais tant pis...

1. Le seigneur des anneaux - Peter Jackson - 2001-2003 - Le miracle ! Trois films magnifiques qui ont réussi l'impossible : adapter l'inadaptable et plaire aussi bien aux néophytes qu'aux fans absolus des romans de Tolkien - dont je suis ! Hourra pour Peter Jackson, Gloire à Tolkien !

 

et ensuite dans le désordre

 

2. Blade runner - Ridley Scott - 1982 - Encore un parti étonnament tenu, rendre l'atmosphère d'un livre sans décor par l'ambiance visuel... Ridley rule ! (Celui qui m'a volé mon exemplaire des androïdes rêvent-ils de moutons électriques ne l'emportera pas au paradis...)

 

3. Chambre avec vue - James Ivory - 1986 -  Une parfaite adaptation du roman de Forster avec une brochette de comédiens anglais parfaits !

 

4. Orgueil et préjugé - Joe Wright - 2005 - Non ce n'est pas une erreur, je préfère le film à la série BBC.  Cela dit j'aime beaucoup cette dernière que j'ai vue et revuevmais je garde un faible pour ce film qui m'a conduite à Jane et impressionée par la façon dont le réalisateur signifie par l'image. (Respirez, tous, j'assume)

 

5. La route de Madison - Clint Eastwood - 1995 - Un film meilleur que le livre d'origine, ce qui est quand même assez rare il me semble (non que je sois une spécialiste). Comment un réalisateur masculin a-t-il réalisé ce tour de force de passer d'un point de vue masculin (le livre) à un point de vue féminin (le film) avec autant de justesse ? Un des rares films qui me transforme en fontaine à tous les coups. en deux mots : un must !

 

6. Beignets de tomates vertes - Jon Avnet - 1991 - Un coup de blues, besoin d'un stimulant ? un petit coup de ce film (ou du livre de Fannie Flagg dont il est tiré) et hop vous vous sentez mieux illico... Un livre-film doudou !

 

7. Raison et sentiment - Ang Lee - 1995 - Alors oui, il n'est pas non plus aussi fidèle  au roman qu'on pourrait le souhaiter, mais quel brio, quel souffle, quelle élégance, quels acteurs - la dernière série BBC est excellente aussi notez bien...

 

8. Harry Potter - plusieurs réalisateurs depuis 2001, plus ou moins fidèles à l'ambiance des livres. les épisodes sont inégaux mais je n'en rate pas un, je l'avoue... Les deux premiers restituent bien l'athmosphère hogwarthienne à mon sens, les suivants plus ou moins selon le cas et le tout dernier m'a de nouveau beaucoup plu. Mention spécial à l'adaptation visuelle du quidditch, excellente ! Et puis il y a tellement de bons acteurs dans cette série, comment résister ?

 

9. La jeune fille à la perle - Paul Webber - 2002 - L'adaption du seul roman de Tracy Chevalier que j'ai réussi à lire, j'ignore pourquoi. L'univers visuel du film m'a bluffé, beau et léché comme un Vermeer.

 

10. Le temps de l'innocence - Marton Scorcese - 1993 - Un scorcese hors norme, superbement réalisé avec un Daniel Day-Lewis magistral. Je me demande si je ne le préfère pas au livre de Wharton (pourtant fort bon).

 

11. Les vestiges du jour - James Ivory - 1993 - Un très beau livre du so british kazuo Ishiguro, un très beau film du so british Ivory (encore lui), avec encore une fois des acteurs plus qu'excellents. Aurais-je un faible pour les films anglais ?

 

12. In my father's den - Brad McGann - 2004 - Voilà un film peu connu, car resté inédit en France bien qu'il ait été primé plusieurs fois (notament au festival de Dinard). Une très belle adaptation d'un roman néo-zelandais de Maurice Gee qui réussit le tour de force de rendre parfaitement l'ambiance et le propos du livre en changeant notablement l'histoire. Excellent !

 

La liste de Karine  et de... faites vous connaitre :-)

PS : Comment ça : encore douze ?

Repost 0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 08:30

Jeunes, enthousiastes, désargentés et passablement désoeuvrés dans le Londres de l'après première guerre mondiale. Tommy et Tuppence, deux amis d'enfance, décident de créer The young adventurers, une sorte d'agence destinée à louer leurs services pour toutes actions sortant un peu de l'ordinaire et surtout rémunératrices. Du moins c'était l'idée, car avant même qu'ils aient pu la réaliser, l'aventure leur tombe dessus au détour d'un salon de thé, les entrainant dans une aventure aussi rocambolesque que dangereuse...

Ah Tommy et Tuppence ! Evidemment j'aime beaucoup les célèbres détectives de Dame Agatha mais Tommy et Tuppence, qui ont en quelques sortes vieilli avec elles, occupent une place particulière dans sa bibliographie. The secret adversary met en scène leur première aventure, plus roman d'espionage que policier au demeurant, c'est aussi le deuxième roman d'Agatha Christie. A mon avis moins maitrisé que La mystérieuse affaire de Style, il n'en est pas moins parfaitement réjouissant en vertu de ses personnages, admirablement croqués et dont les "types" reviendront régulièrement dans l'oeuvre de la romancière. Tuppence, vive, active (elle a été infirmière pendant la guerre comme sa créatrice), émancipée et étonnament moderne, Tommy, assez lent et sans imagination mais dont la valeur se révèle dans les coups durs, Julius, l'américain milliardaire si dynamique, sir James Edgerton homme public plus que brillant, à la réussite et au magnétisme incontestables, Mrs vandermeyer femme fatale un peu fanée mais encore dangereuse, et ainsi de suite...  Tous ces personnages ont des pendants (multiples parfois) dans d'autres romans de l'auteure et il est assez drôle de reconnaitre ici les premières ébauches de ce qui deviendra la marque de fabrique christienne (si j'ose dire). Tout ce qui fera le succès de la dame se trouve déjà ici, des personnages attachants, un zeste de féminisme, trois grains de conservatisme, des dialogues enlevés, beaucoup d'humour, une intrigue agréablement tordue et cette athmosphère si particulière de l'Angleterre du début du XXe siècle qu'elle savait si bien recréer. Allègre !

The secret adversary - Agatha Christie - 1922 - (Mr Brown en français)

Lu dans le cadre du Challenge  For the love of The Unicorn and the Wasp, où il s'agit de relire dans l'ordre chronologique tous les romans de Dame Agatha auquel cet épisode de Docteur Who (saison 4  épisode 7 avec le so glamourous (aux yeux de certaines) David Tenant, suivez un peu) fait référence. J'adore cet épisode, so surprising...

Edit edit j'ai oublié mes partners in crime Chiffonnette, Fashion, Isil, Karine, Mo et Pimpi, Shame on me !

PS : Tommy et Tuppence sont les héros de cinq romans, The secret adversary donc (Mr Brown) 1922, Partners in crime (publié en français en deux volumes "Associés contre le crime" et "Le crime est notre affaire) 1929, N or M ? (N ou M) 1941, By the pricking of my thumb (Mon petit doigt m'a dit) 1968, et Postern of fate (Le cheval à bascule (1973)... quand je vous disais qu'ils l'avaient accompagnés toute sa vie....

PPS : Dans un moment de masochisme absolu, j'ai comparé quelques passages avec mon exemplaire en français dont la traduction date de 1948... C'est à pleurer, il manque des passages entiers, des précisions, certaines choses sont changées on ne sait pas pourquoi... J'espère qu'il en existe de plus récentes et de meilleures, en vérité je vous le dis !

Repost 0
Published by yueyin - dans roman britanique
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 17:12

Et grâce à Chiffonette,

"Sa première vision sur l'extérieur était le soupirail en forme d'éventail de l'appartement en sous-sol. Il grimpait sur la table et passait des heures à examiner derrière les barreaux le va-et-vient des passants sur le trottoir, son âme d'enfant captivée par la contemplation des rythmes et des cadences, toujours différents, des jambes et des pieds qui traversaient son champ de vision : une vieille femme avec des mollets minces, un gamin en baskets, des hommes chaussés de brodequins, des dames aux talons hauts, les godillots sombres et luisants des soldats. Si quelqu'un s'arrêtait, il pouvait voir les détails, (...) mais c'était le changement qu'il aimait, la parade des couleurs et des mouvements."

 

Corps et âme - Frank Conroy - 1993

Repost 0
Published by yueyin - dans citations
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 21:49

Habituellement je ne suis pas attirée par les nouvelles, cela se sait. Mais il y a des exceptions, par exemple quand Gaëlle Nohant publie (enfin) quelquechose après trois ans d'attente (fiévreuse pour ma part) depuis son sublime roman L'ancre des rêves. Et comme prévu, je me suis régalée.

Cinq nouvelles en tout, quatre assez courtes s'épanouissent autour du thème du grain de sable, un évènement, une décision et toute une vie prend un nouveau cap, une plus longue mais nous en reparlerons...

Ce qui est magnifique dans ces récits, c'est la vie que l'auteure sait insuffler à ses personnages en si peu de pages. Ils existent, on y croit, on y repense. Ceci ajouté à une écriture précise et élégante explique sans doute la magie qui se dégage de ces histoires denses et légères comme la vie. Seule la première qui donne son titre à l'ouvrage m'a moins convaincue mais je vais la relire je pense. Parfois il faut du temps et je crois que je suis définitivement en admiration devant le style de Gaëlle, qu'on se le dise.

Quant au Fondu au noir, la plus longue nouvelle du recueil - une centaine de pages, pratiquement un court roman - c'est un petit bijou policier, retors à souhait dans un style beaucoup plus incisif et tourné vers l'action, cinématographique pour tout dire, que les autres. Normal sans doute pour un mécanisme d'horlogerie efficace jusqu'au dernier mot qui se présente comme un hommage à Roman Polanski. Un must !

 

L'homme dérouté - Gaëlle Nohant - 2010 - Géhess éditions

 

PS : Merci Gaëlle pour ce moment de pur plaisir !

PPS : Lisez-le et si vous n'avez pas encore lu L'ancre des rêves : mais qu'est-ce que vous attendez ?

PPPS : Et ce nouveau roman dame Nohant, il en est où ?

Repost 0
Published by yueyin - dans nouvelles
commenter cet article
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 10:04

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine très lointaine, mon estimé frère-né-après-moi Thom et moi-même eurent le plaisir de mener à bien une génialissime relecture, celle des aventures complètes (complètes toutafaitement) du juge Ti écrites par Robert Van Gulik. Et même si cela n'a inspiré que nous et deux lecteurs égarés, nous en gardons un souvenir excellent. Le fait est qu'on ne peut guère imaginer deux lecteurs plus différents que Thom et moi, alors lorsque nous avons des goûts communs, il faut fêter la chose à coup de feux d'artifices pour le moins. Mais ne nous égarons pas, depuis nous nous sommes souvent interrogés sur un nouveau challenge à notre mesure et nous l'avons - enfin - trouvé , ce sera... roulement de tambour - les célébrissimes Cantos d'Hyperion de Dan Simmons mais voyez plutôt :

 

Grâce au talent de Mr Kiki, le Gritchtohm nous montre la voie... Il s'agira donc de lire (ou relire) les quatre volumes de ce Cantos, Hypérion, la chute d'Hypérion, l'éveil d'Endymion et Endymion dans le cours de l'année.

 Le premier billet, Hyperion, est programmé pour la fin du mois de février. (plus ou moins, à peu près). Si vous décidez de nous suivre dans nos glorieuses aventures, les dates de publications indicatives (liberté, liberté chérie) seront annoncées d'une façon ou d'une autre, par exemple en blog-it. Les superbes logos et boutons concoctés par Mr Kiki sont à votre disposition.

Il est temps de se plonger dans l'étrange univers ou le space opera rencontre Keats sur une trame, dit-on, inspirée des contes de Cantorbery et de se faire les belles frayeurs que nous promet le Gritche. Pélerins à vos livres !

 

 

Fanatics have their dreams, wherewith they weave
A paradise for a sect; the savage too
From forth the loftiest fashion of his sleep
Guesses at Heaven;

J. K. 1820

Repost 0
Published by yueyin - dans le blog
commenter cet article
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 10:25

Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Et nos amours

Faut-il qu'il m'en souvienne

La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l'heure

Les jours s'en vont je demeure

 

Les mains dans les mains restons face à face

Tandis que sous

Le pont de nos bras passe

Des éternels regards l'onde si lasse

Vienne la nuit sonne l'heure

Les jours s'en vont je demeure

 

L'amour s'en va comme cette eau courante

L'amour s'en va

Comme la vie est lente

Et comme l'Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l'heure

Les jours s'en vont je demeure

 

Passent les jours et passent les semaines

Ni temps passé

Ni les amours reviennent

Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l'heure

Les jours s'en vont je demeure

 

Guillaume Apollinaire - Alcools - 1913

Repost 0
Published by yueyin - dans poèmes
commenter cet article

Articles Récents

Le livre d'or

livre_20dragon2.gif

Mes balades...

badges-80x15-ALAURE.png

badges-80x15-ANJELICA.jpg

 

Kikimundo

 

 

En sommeil



--milie-bouton.jpg