Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chroniques De Lectures

  • : Chroniques de lecture
  • Chroniques de lecture
  • : Journal de lecture plutôt fourre-tout : des livres encore des livres pour tous les âges et tous les goûts... Vous êtes chez YueYin
  • Contact

On s'y retrouve...quand ils sont à jour

Rechercher

...


badge80x15-DARCY.gif
cmwjoss.gif
babelio-buton.jpg

lca.gif
 

Wikio - Top des blogs - LitteratureWikio - Top des blogs

Archives

billets à venir (un jour)

Middlesex - Eugenides
Mal de pierre - M. Agus
Le lézard lubrique de melancholy grove - Moore
Le passage de la nuit - Murakami
Chocolat - J. Harris
Fascination/tentation - S. Meyer

Les mangeurs d'étoiles - R. Gary
Voleurs de plage - J. Harris
La fille de 3eB - C. grenier
Le libraire - De Moraira
Le désert de la grâce - Pujade-Renaud
La maison en papier - CM Dominguez
Presque un mélo - M Efstathiadi
Le retour de Sethos - E. Peters
Le treizième conte - D. Setterfield
Voie sans issue - Collins Dickens
De si bonnes amies - J. Trollope
L'inconnu d'Athène - A. Zouroudi
Le voyeur du yorkshire
L'appel du passé - E Goudge
L'homme squelette - T. Hillerman
La taupe et le dragon - N. Champetier
Tout là bas - Arlette Cousture
La traversée du continent - M. Tremblay
Breaking Dawn - S Meyer
L'arrière saison - P Besson
Les Baïnes - Eric Holder
Petits arrangements avec l'infame - P Parry
Les 4 filles du docteur March - LM Alcott
Dans les bois eternels - F vargas
Thérèse et Pierrette à l'école des saints anges - M Tremblay
Le baiser des ombres - LK Hamilton
les vendredi d'Eléanore - J Trollope
This is not a love song - JP Blondel
Bonbons assortis - M tremblay
Rececca - D. du Maurier
Accès direct à la plage - JP Blondel
Le puit des histoires perdues - J Fforde
Papa longues jambes - J. Webster
Odd & the frost Giant - N. Gailman
Chagrin ferraille - G. Cook
Riverdream - RR Martin
Fashion Victim - I Cohen Janca
Le jour de grâce - R. Van Gulik
Une saison de Célibat - Schields/Howard
Mort d'une garce - C. Dexter
Qui comme  Ulysse - G Flipo
Qoëlet
Celui qui bave et qui glougloute - Wagner
Le grand Meaulne - A-Fournier
Le chant du cosmos - R Wagner
Préludes/La Baie - K. Mansfield
Souper mortel aux étuves - M. Barrière
Le jour où einstein s'est échappé - J Bialot
La femme coquelicot - N. Châtelet
Les invités - P Assouline
L'évangile selon Pilate - EE Schmitt
Ten big ones - J. evanovitch
Eleven on top
- J. evanovitch
Twelve sharp - J. evanovitch
Tila pirate malgré elle - P. Juste
Un minuscule inventaire - JP Blondel
Au bon roman - L. Cossé
Millenium 1 - S. Larsson
Millenium 2 - S Larsson
La troisième lettre - M. Marineau
Le canyon des ombres - JD Doss
Journal d'un vampire - LJ Smith
True bood 4,5,6,7 - C Harris
Même pas Malte - Maité Bernard
La lettre - Jennifer Tremblay
Le bibliothécaire - Larry Beinhart
Percy Jackson - tome 2,3 et 4
Le journal d'un ange - P. Corbucci



4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 14:01

trollope-miss-mackenzie.jpgA trente-cinq ans passé, Margareth Mackenzie se retrouve, sans préparation d'aucune sorte, libre de toute attache ou obligation, riche et sans personne dont elle doive s'occuper. Pour cette femme d'assez bonne famille mais sans grande éducation ni connaissance du monde, c'est aussi inespéré que satisfaisant. Certes elle ne compte pas vraiment se marier, le temps étant sans doute passé pour elle, mais elle espère tirer un plaisir raisonnable de ce nouveau confort qui lui échoie. Elle prend donc sous son aile une de ses nièces, histoire d'avoir quand même un être à qui se consacrer un tantinet, et quitte Londres pour s'installer dans la petite ville de Littlebath, espérant bien nouer quelques relations et mener une vie agréable. Hélas, elle sous estime grandement l'attrait que peut exercer une fortune confortable et bientôt quémandeurs et prétendants se pressent à sa porte sans qu'elle sache bien ni comment les recevoir ni que leur répondre, et ceci n'est que le commencement...

Ah quelle réjouissante lecture que ce roman, aussi acéré qu'un Austen à qui il emprunte quelques thèmes et même une scène ou deux - sans parler du clin d'oeil de Littlebath, à la limite de la farce dans la fantaisie qu'il met à épingler ses personnages - je ne crois pas qu'il en épargne aucun, aussi méticuleux qu'un traité dans la compilation qu'il fait des différents visages de la cupidité et de la convoitise. Pauvre Margareth, durement éprouvée telle une moderne Griselidis (ainsi donc Trollope lisait Chaucer) avant de peut être tirer son épingle du jeu si tant est qu'on lui laisse jouer ses cartes à elle, femme sans cesse instrumentalisée, réduite à l'impuissance et la passivité autant par ses protecteurs potentiels - mais non pas désintéressés, que par les profiteurs voire par les autres femmes qui la méprise ou la jalouse tour à tour pour ce qu'elle possède ou pas, plus que pour ce qu'elle est.

Heureusement, Trollope, tout victorien qu'il puisse apparaitre dans son opinion des femmes, aime son héroïne et en fait une femme qui, si elle ne sait pas ce qu'elle veut, sait fort bien ce qu'elle ne veut pas. Il la sauve ainsi de l'insignifiance et lui donne une personnalité attachante avec quelques moments de bravoure austéniens en diable, notamment celui où lady Ball vient exiger d'elle qu'elle s'engage à renoncer à toute velléité de mariage avec son fils (oui, oui, oui cela rappelle sans doute quelquechose à certaines). Un beau roman donc peu complaisant pour la nature humaine mais singulièrement réjouissant dans son cynisme à la fois pragmatique et romanesque mais sans sentimentalité aucune. Victorien !

Miss Mackenzie - Anthony Trollope - 1865 - traduit de l'anglais par Laurent Bury - 2010 - le livre de poche

PS : Même si la succession des demandes en mariage et la scène avec Lady Ball renvoient plaisamment à Orgueil et Préjugés, Margareth m'a surtout rappelé - toutes considérations d'âge et de fortune mises à part - la Catherine Morland de Northanger abbey innocente livrée toute crue aux pièges et vilainetés du monde.

PPS : Ceci étant mon premier Trollope, j'avoue que l'habitude de l'auteur de commenter les actions de ses personnages et d'en tirer des jugements moraux ou autres m'a quelque peu surprise mais on s'y fait bien en fait...

english month

Lu dans le cadre du mois anglais des dames Cryssilda, Lou et Titine...

Repost 0
Published by yueyin - dans roman britanique
commenter cet article
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 08:43

Pour la troisième année consécutive, nous avons le bonheur et l'avantage de suivre les très aimées, très magnifiques et très exceptionnelles Cryssilda, Lou (de myloubook) et Titine dans leur traversée de la manche annuelle. Un mois pour parler d'Angleterre, visionner, boire, manger et surtout - bien évidemment et cela va sans dire - lire anglais. Les règles sont souples, comme il me sied, soit l'auteur est anglais, soit l'histoire se passe en Angleterre, ni dates impératives, ni nombres contraignants mais vous trouverez la liste des lectures communes (LC pour les initiées et intimes) chez nos charmantes organisatrices (j'oublie toujours les dates, je suis une cause perdue pour les chiffres, my bad).

Pour mon programme personnel, voilà ce qui est prévu - sous toute réserve, suivre un programme et moi cela ne va pas vraiment ensemble, c'est connu, mais cette année j'ai bien entamé les réjouissance alors espérons...

Agatha Christie - The moving finger

Barbara Pym : Une jeune fille comme il faut

Jonathan Coe : La vie très privée de Mr Sim

Anthony Trollope : Miss MacEnzie

Zadie Smith : Ceux du nord-ouest

Daphné du Maurier : Le Général du roi

J. G. Ballard : Billenium ou la Forêt de cristal

et plus si affinité... bien entendu, je suis à peu près sûre de lire ces livres, le plus difficile sera d'écrire les billets, mais on y croit, on est motivé, on m'encourage, hop hop hop...

Et pour entamer dignement ce joli parcours, une petite recette de derrière les fourneaux, simple et de bon goût, so british :

les scones

scone3.JPGLe scone est un des ingrédients typiques d'un thé anglais quoique qu'il soit probablement d'origine écossaise et extrèmement populaire dans tous les pays anglo-saxon. (Le muffin anglais québécois est très certainement un variation du scone). Son nom pourrait venir de l'ancien néerlandais, shoonbrood soit beau pain (j'adore ce genre de détail voui voui voui) et il est d'une simplicité limite biblique à faire.

Il vous faudra :

250 g de farine

40 g de beurre (un peu mou)

40 g de sucre

Un sachet de levure (ou 1 cuillère de poudre à pâte)

Une cuillère de bicarbonate (si vous avez ça sous la main)

10 cl de lait

pour la dorure : un jaune d'oeuf

scone.JPGPour la préparation, soit vous avez un robot mélangeur adapté et dans ce cas vous mettez tous les ingrédients dans le bol et mixez une minute ou moins pour former une boule, soit vous faites à l'ancienne, d'abord la farine sur le plan de travail, un cheminée, les autres ingrédient dedans et le lait peu à peu... classique. malaxez pour obtenir une boule. Ensuite on travaille tous à l'identique, pétrissez quelques instant la boule jusqu'à ce que la pâte soit élastique puis étalez là. en laissant une bonne épaisseur, un demi-centimètre environ ou un peu moins. Découpez des cercles à l'emporte pièce, placez sur une plaque à patisserie graissée (et farinée eventuellement), barbouillez de jaune d'oeuf à peine délayé avec un soupon de lait et placez dix à douze minute à four chaud (200°) (à adapter selon votre four)...

scone2.JPGLes scones se découpent dans le sens de l'épaisseur et se dégustent avec de la crème épaisse et de la confiture, mais le beurre, le miel, le jambon, les oeufs ou tout autre ingrédient qui vous agrée sont les bienvenus aussi. Enjoy !

Joyeux mois anglais les gens,

que juin vous soit doux

Waes hael

english-month.jpg

Repost 0
Published by yueyin - dans recettes
commenter cet article
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 21:08

du-cote-de-chez-swann.jpgDu côté de chez Swann est le premier tome de La recherche du temps perdu. Ce roman qui commence par le plus fameux incipit de la littérature française - Longtemps je me suis couché de bonne heure - se divise en trois parties distinctes. Dans la première - Combray - le narrateur, se remémorant les différentes chambres qu'il a connu dans sa vie, plonge peu à peu dans les souvenirs d'une enfance protégée et en particuliers de ses vacances de pâques qu'il passait à Combray - village à la prévisibilité rassurante - où le temps s'écoulait entre lectures paresseuses, diners familiaux, angoisses nocturnes et longues promenades. La géographie sensible du narrateur se scinde alors en deux directions, le côté de chez Swann - tout d'odeurs et de sensualité, et celui de de Guermantes incarnant réussite et mondanités. La seconde partie, roman dans le roman, détachée mais résumant et annonçant tous les thèmes de la Recherche, conte la dévorante passion de Swann - personnage récurrent de la première partie et double fantasmé - à moins que ce ne soit modèle - du narrateur - pour Odette, une "presque cocotte". La dernière partie enfin, revient au narrateur et à ses longues rêveries de voyages s'enroulant autour de noms de lieux qu'il rêve de visiter...

Dis ainsi, cela vous parait-il ennuyeux ? Et bien cela ne l'est pas !

Il n'est guère de lecteurs francophones qui ignorent le nom de Proust et son goût pour les petites patisseries courtes et dodues - expérience de mémoire involontaire devenu symbole absolu du phénomène. Pourtant la rumeur conseille d'éviter l'homme aux phrases trop longues et, jusqu'au mois dernier, je n'en savais guère plus sur l'auteur et son oeuvre cathédrale. Certes je me disais de temps à autres, qu'un jour peut être... et puis vinrent les livres audio. Car tout a commencé ainsi... Un livre audio, un long trajet en voiture et la voix d'André Dussolier me lisant Sur la lecture - préface de Proust à l'une de ses traductions de Ruskin et premières réminiscences de Combray. Quel choc ce fut ! J'ai enchainé avec Du côté de chez Swann et comme André n'allait pas assez vite, je me suis mis à le lire en parallèle. Au rythme de mes trajets et de mes soirées, je lisais ce que j'avais déjà écouté, j'écoutais ce que j'avais déjà lu, je relisais, je réécoutais, je baignais dans ce monde lumineux et coloré, c'était magnifique - c'est magnifique. Peut être ai-je atteint l'âge de la nostalgie car je fut instantanément conquise. Pour ceux qui comme moi, ne se sont jamais approchés du monstre, c'est en effet de cela qu'il s'agit. Le temps perdu, c'est le passé qui ne revient plus, celui qui renferme les trésors de nos expériences, de nos sensations, de l'influence de l'art sur nos sens, le souvenir de l'amour, de la jalousie, de la souffrance, de la vie en somme. Une pure merveille qui se lit lentement car elle vous entraine et vous perd dans les méandres de ces longues phrases songeuses, précises, étincelantes qui vous poussent à la rêverie et la méditation à chaque détour de phrase. On dit que la Recherche est le premier roman moderne, c'est aussi un long poême en prose, une reflexion sensible sur l'humain, un monde en soi, et encore autre chose sans doute qu'il me reste à découvrir. Monumental et fantabuleux !

Du côté de chez Swann - Marcel Proust - 1913

PS : Depuis j'ai lu deux essais sur Proust, deux biographies, vu les trois adaptations cinématographiques tirés de la Recherche et j'en suis à la moitié du tome 3 - Du côté de Guermantes - et c'est toujours aussi bon :-)

PPS : Je sens que je devais vous dire d'autres choses sur Vinteuil, sa fille et sa sonate, les aubépines, les asperges, Françoise et la Charité de Giotto mais il ya beaucoup trop à dire, je ne saurais même pas par où commencer... essayez donc !

PPPS : Je vous ai dit qu'il y a des passages franchement drôles et acides ?

PPPPS : Je sais j'ai l'enthousiasme... enthousiaste mais bon, vous me connaissez, obsessionnelle est mon deuxième prénom...

Repost 0
Published by yueyin - dans roman français
commenter cet article
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 01:00

gouda.JPGUn peu de gouda ? - Amsterdam - 2014

Repost 0
Published by yueyin - dans images de voyage
commenter cet article
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 21:20

cartepostale.jpg

Comment parler de cet étrange objet textuel (ciel, un Otni) ? Un essai ? sans doute pas. Un manifeste ? Peut-être. Une théorie ? Non plus ou alors disons un bouquet de mini théories joliment entrelacées. Une promenade plutôt, un peu au hasard des lieux, des temps, des époques... une flânerie d'amoureux des cartes postales, pas tant des photos qu'elles promènent depuis plus d'un siècle, que des mots qu'elles emportent au quatre coin du monde... mots simples, mots rapides, souvenirs, citations, bises, listes, poèmes involontaires aux parfums de vacances. Notre auteur invite son sujet un peu partout, obsédé par cette théorie qu'il poursuit sans jamais la formuler, semant un peu d'histoire au passage, de Paris en Bretagne, de terrasses en vittel menthe, distrait par la joie d'un mot, l'élégance d'une phrase, la pertinence d'une date, la nostalgie d'une signature. Car pourquoi s'arrêter aux cartons colorés vierges qui patientent à la devanture des cafés ou attendre d'hypothétiques envois, quand on trouve sur les marchés des poignées de vénérables cartes sépias ou simplement passées qui n'attendent qu'un nouveau lecteur pour revivre. Une bien jolie balade décidément !

Théorie de la carte postale - Sébastien Lapaque - Acte sud - 2014

PS : affutez vos stylos, rassemblez vos timbres, courez au tabac du coin car bientôt vous aurez une irrésistible envie d'envoyer quelques cartes postales à des amis enchantés...

l'avis de cuné qui m'a donné envie...

Repost 0
Published by yueyin - dans roman français
commenter cet article
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 21:45

amsterdam3Balade de guingois - Amsterdam - mai 2014

Repost 0
Published by yueyin - dans images de voyage
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 22:07

buvard.jpgUn jour Lou a lu un roman de Caroline, et puis il a lu tous les autres, tout ce qu'elle a écrit. Et puis il les a relu et lui a écrit. Et cette femme, cette auteure prodige qui se mure dans un silence farouche depuis des années a répondu : elle lui a envoyé son adresse.

Qu'espérait-elle et à quoi s'attendait-il ? Sans doute l'ignoraient-ils eux-même. Lou pensait rester un après-midi, il n'est reparti que neuf semaines plus tard, toujours le même, tellement différent, grandi...

Que ce passe-t-il quand un écrivain rencontre un de ses inconditionnels ? Quelqu'un que son écriture bouleverse au point qu'il pense se reconnaitre en lui - ou en elle. Voilà le huis clos que raconte ce petit roman rugueux, intense et poignant. En courts chapitres percutants - rarement quatre pages, souvent deux, Caroline crache sa vie et Lou l'écoute, la regarde, la comprend souvent, se reconnait sûrement. Peut être qu'elle aussi se reconnait, s'admet un peu ou peut-être pas. Tellement de thèmes s'entremêlent ici autour de l'écriture et de la souffrance d'écrire, le temps bien sûr, le passé qui étouffe, détruit mais peut inspirer aussi, l'emprise, la soumission, la misère sociale, la culture qui sauve, l'amour qui brûle, la rédemption peut-être... tout cela en moins de 200 pages, serrées, haletantes, prenantes, lumineuses parfois, à l'écriture aussi fluide que rapeuse. intense !

Buvard - Julia Kerninon - La Brune au Rouergue - 2014

PS : Buvard est le premier roman de Julia Kerninon, 27 ans... ça décoiffe !

PPS : Normalement je ne dois pas acheter de livre (non, non, non) mais Cuné à été trop tentante, et moi trop faible, my bad...

Repost 0
Published by yueyin - dans roman français
commenter cet article
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 10:05

mystere.jpegFreya, assassinée dans les années soixante-dix, fut une religieuse inlassablement dévouée aux démunis de la terre. Que ce soit en Afrique ou en Belgique, elle a passé sa vie à s'occuper d'enfants perdus, de femmes battues, de prostituées maltraitées et de tant d'autres. Devant tant d'abnégation, le pape Jean-Paul II, qui fut fort rapide sur ce chapitre, n'hésita pas et, moins de trente ans après sa mort, Freya, après enquête duement diligentée, fut irrévocablement déclarée sainte. Depuis Monseigneur Van Camp, connait le bonheur sans mélange d'être l'évêque d'un diocèse nanti d'une sainte toute neuve, fraichement montée au ciel et terriblement populaire. Las, le courriel - cette invention diabolique - vient bientôt ternir son bonheur en lui annonçant sans ménagement et preuve à l'appui que Freya était en fait... une salope. Helas qu'espère donc de l'église, cet infâme Corax en attaquant ainsi l'infaillabilité papale ?

Que voilà un roman délicieux ! Apparemment aussi légère et pétillante qu'une farce, cette enquête ecclésiastique autour d'une sainte si récente, pose tout en finesse de nombreuses questions de fond, peut être sur l'église catholique mais surtout sur l'idée même de la sainteté et plus encore sur notre humanité. Car croyez-moi, et quoiqu'on en dise, Freya était bien une sainte - une sainte profondément humaine - quant à ceux qui s'agitent autour de sa tombe pour des motifs plus ou moins avouables - Monseigneur Van Camp, l'Opus dei, Martin Rabe -  informaticien désespéré de son état, l'abbé Turquin ou le dénommé Corax, ma foi c'est selon. Dans une langue fraiche et savoureuse, Armel Job nous offre une oeuvre réjouissante, questionnante et finalement plus profonde qu'il n'y parait au premier abord. Piquant !

 

Les mystères de sainte Freya - Armel Job - 2007 - Robert Laffont

 

Lu dans le cadre du mois belge il y a déjà un moment mais néanmoins...

pandore.jpg

Repost 0
Published by yueyin - dans roman belge
commenter cet article
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 21:13

iris.JPGDans mon jardin - Avril 2014

Repost 0
Published by yueyin - dans images de voyage
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 22:00

D'une petite promenade en Médoc, je vous ai ramené quelques jolies fleurs...

bluet.JPGUn bluet...

pavot-de-californie.jpgUn pavot d'Amérique...

pervenche.JPGUne pervenche...

tulipe.jpget finalement une tulipe... toute fraîche dans sa rosée printanière. Le printemps est là les gens.

Médoc - Avril 2014 (cliquez pour agrandir :-) )

Repost 0
Published by yueyin - dans images de voyage
commenter cet article

Articles Récents

Le livre d'or

livre_20dragon2.gif

Mes balades...

badges-80x15-ALAURE.png

badges-80x15-ANJELICA.jpg

 

Kikimundo

 

 

En sommeil



--milie-bouton.jpg