Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques De Lectures

  • : Chroniques de lecture
  • Chroniques de lecture
  • : Journal de lecture plutôt fourre-tout : des livres encore des livres pour tous les âges et tous les goûts... Vous êtes chez YueYin
  • Contact

On s'y retrouve...quand ils sont à jour

Rechercher

...


badge80x15-DARCY.gif
cmwjoss.gif
babelio-buton.jpg

lca.gif
 

Wikio - Top des blogs - LitteratureWikio - Top des blogs

Archives

billets à venir (un jour)

Middlesex - Eugenides
Mal de pierre - M. Agus
Le lézard lubrique de melancholy grove - Moore
Le passage de la nuit - Murakami
Chocolat - J. Harris
Fascination/tentation - S. Meyer

Les mangeurs d'étoiles - R. Gary
Voleurs de plage - J. Harris
La fille de 3eB - C. grenier
Le libraire - De Moraira
Le désert de la grâce - Pujade-Renaud
La maison en papier - CM Dominguez
Presque un mélo - M Efstathiadi
Le retour de Sethos - E. Peters
Le treizième conte - D. Setterfield
Voie sans issue - Collins Dickens
De si bonnes amies - J. Trollope
L'inconnu d'Athène - A. Zouroudi
Le voyeur du yorkshire
L'appel du passé - E Goudge
L'homme squelette - T. Hillerman
La taupe et le dragon - N. Champetier
Tout là bas - Arlette Cousture
La traversée du continent - M. Tremblay
Breaking Dawn - S Meyer
L'arrière saison - P Besson
Les Baïnes - Eric Holder
Petits arrangements avec l'infame - P Parry
Les 4 filles du docteur March - LM Alcott
Dans les bois eternels - F vargas
Thérèse et Pierrette à l'école des saints anges - M Tremblay
Le baiser des ombres - LK Hamilton
les vendredi d'Eléanore - J Trollope
This is not a love song - JP Blondel
Bonbons assortis - M tremblay
Rececca - D. du Maurier
Accès direct à la plage - JP Blondel
Le puit des histoires perdues - J Fforde
Papa longues jambes - J. Webster
Odd & the frost Giant - N. Gailman
Chagrin ferraille - G. Cook
Riverdream - RR Martin
Fashion Victim - I Cohen Janca
Le jour de grâce - R. Van Gulik
Une saison de Célibat - Schields/Howard
Mort d'une garce - C. Dexter
Qui comme  Ulysse - G Flipo
Qoëlet
Celui qui bave et qui glougloute - Wagner
Le grand Meaulne - A-Fournier
Le chant du cosmos - R Wagner
Préludes/La Baie - K. Mansfield
Souper mortel aux étuves - M. Barrière
Le jour où einstein s'est échappé - J Bialot
La femme coquelicot - N. Châtelet
Les invités - P Assouline
L'évangile selon Pilate - EE Schmitt
Ten big ones - J. evanovitch
Eleven on top
- J. evanovitch
Twelve sharp - J. evanovitch
Tila pirate malgré elle - P. Juste
Un minuscule inventaire - JP Blondel
Au bon roman - L. Cossé
Millenium 1 - S. Larsson
Millenium 2 - S Larsson
La troisième lettre - M. Marineau
Le canyon des ombres - JD Doss
Journal d'un vampire - LJ Smith
True bood 4,5,6,7 - C Harris
Même pas Malte - Maité Bernard
La lettre - Jennifer Tremblay
Le bibliothécaire - Larry Beinhart
Percy Jackson - tome 2,3 et 4
Le journal d'un ange - P. Corbucci



28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 17:07

Sire Gauvain et le chevalier vert, comme son nom l'indique, fait partie de la vaste matière de Bretagne ou du cycle arthurien comme il vous plaira de l'appeler. C'est un poème en vers allitératifs, comme beowulf mais en moyen-anglais, datant de la fin du XIVe siècle. Voyez comme c'est beau et déjà bien plus compréhensible que le dit-Beowulf :

 

SIÞEN þe sege and þe assaut watz sesed at Troye,

Þe borȝ brittened and brent to brondeȝ and askez,

Þe tulk þat þe trammes of tresoun þer wroȝt

Watz tried for his tricherie, þe trewest on erthe:

 

Evidemment tout est relatif et d'ailleurs je l'ai lu en français.  Mais revenons en à l'histoire, un jour de l'an neuf où Arthur et ses braves chevaliers baffraient gentiment, surgit un chevalier immense tout de vert revêtu jusqu'à sa barbe et le poil de son cheval. Le visiteur lança au roi un défi, relevé par le très brave Gauvain, il s'agissait de lui porter un seul coup sans qu'il esquisse le moindre geste de défense et de gagner ainsi l'énorme hache chamarrée de vert qu'il tenait en main. En échange, Gauvain s'engageait à le retrouver où qu'il soit un an jour pour jour plus tard pour se soumettre à la même épreuve. Gauvain trancha d'un unique coup la tête du vert provocateur, mais celui-ci n'en parut pas prendre ombrage, la ramassa, la cala sous son bras et repartit d'où il était venu, non sans avoir rappelé sa promesse à son vainqueur du jour. A la toussaint suivante, Gauvain fit ses adieux et s'harnacha de rouge et d'or pour entamer la quête qui devait le conduire à un sort qu'il imaginait funeste...

Et oui c'est le genre de l'époque, une quête impossible, un courageux chevalier qui ne sait dans quoi il s'engage, des cavaliers qui partent muser à cheval (pauvres bêtes) en armures complètes, de lourdes parures étincelantes de pierreries diverses (mais assorties, vertes pour le chevalier mystérieux, rouges pour Gauvain), des épreuves, des tentations... Tout y est et fort bien mené, j'y ai bien entendu le conte que l'on peu réciter au coin du feu sans jamais lasser son auditoire, mais il y a plus, car ce récit est d'une richesse symbolique extraordinaire. Je ne dirais pas que j'ai compris toute les références loin de là mais cela n'a fait que m'encourager à m'interroger à l'infini (avec Isil, ma très estimée colectrice, nous ne nous en sommes pas privés vous pouvez m'en croire, ça a bavassé sec si j'ose dire). Une fois admis que certains motifs sont empruntés aux traditions celtes, irlandaises et galloises, d'autres aux récits de Geoffroi de Monmouth et de Chrétien de Troyes, antérieurs de deux siècles, le tout fusionnant harmonieusement grâce aux talents du poète, il reste énormément de questions. Au hasard pourquoi les  les armes de Gauvain représentent-elles un pentangle (un pentacle si vous préférez) ? L'auteur prend la peine de décrire précisément ce qu'il présente comme un symbole de perfection mais c'est un peu court... Pourquoi cette opposition fortement marquée et soulignée entre le rouge et or de Gauvain et le vert et or du chevalier mystère ? J'ai bien sûr quelques théories sur la question, le rouge et or, en plus de Gauvain, est souvent associé à Arthur (trois couronnes d'or sur fond de gueule) et toujours à aux Plantagenêts (de gueule aux léopards d'or) ! De là à y voir un maillon de la chaine forgée depuis Henri II (plantagenêt suivez un peu) pour relier la dynastie normande au légendaire Arthur, il n'y a qu'un pas. D'autant que le poème se termine par un "honni soit qui mal y pense" tonitruant (quoique peut être tardif) alors même que les chevaliers de la table ronde décident de tous porter, en souvenir des épreuves de Gauvain, la même écharpe verte. Quelques décennies après la fondation de l'ordre de la jarretière par Edouard III, cela prête à penser. Je pourrais aussi vous livrer quelques unes des réflexions qu'ont suscitées chez moi les scènes de séduction entremêlées de scènes de chasse mais je risquererais de m'étaler indéfiniment. Disons juste que c'est un poème épique, magnifique, d'une richesse incroyable, une des premières oeuvres littéraires en langue anglaise, mettant en scène un des plus célèbres chevaliers de Camelot*, qu'il existe une traduction en anglais moderne de JRR Tolkien (oui il fallait que ce fut dit) et qu'en un mot comme en cent, j'ai terriblement aimé. Mythique !

 

Sire Gauvain et le chevalier vert - (sir Gawain and the green Knight) - Anonyme - XIVe siècle - traduction française de Juliette Dor - 10/18 bibliothèque médiévale - 1993

* et chevalier chouchou de dame Isil ainsi qu'elle nous l'a récemment avoué hors micro...

 

 

L'avis d'Isil mon inestimable copassionnée en arbres et lectures étranges que je remercie  encore pour ce très beau cadeau.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by yueyin - dans roman britanique
commenter cet article

commentaires

Herisson08 30/03/2011 13:16



Ouf j'ai cru l'espace d'un instant que tu ne l'avais pas lu en français!



yueyin 30/03/2011 14:52



Ahem... pour l'instant si quand même :-))) mais je vais le lire en anglais, peut être pas encore en moyen anglais par contre quoique...



Joelle 29/03/2011 10:53



Il y a quelques années en Angleterre, j'avais trouvé cette histoire sous forme de livre jeunesse magnifiquement illustré ... je crois que je vais me contenter de cette version ;)



yueyin 30/03/2011 14:52



petite joueuse :-D



Alex-Mot-à-Mots 29/03/2011 10:51



Et tu ne l'as pas lu dans la traduction de Tolkien ? Je m'étonne 



yueyin 30/03/2011 14:51



Un jour viendra :-)))



Choupynette 29/03/2011 10:05



S'est amélioré le Gauvain, depuis la dernière fois que je l'ai vu... Ah mince, c'était dans Kaamelott! ;))



yueyin 30/03/2011 14:51



ah oui... bon il était encore jeune à l'époque :-))))



Le Papou 29/03/2011 05:33



Je le lirai m'âme Yue Yin , je le lirai que le cric me croque mais je le lirai. Quand est une qutre question ?



yueyin 30/03/2011 14:51



ah voilà trop de livres, trop de livres !!!



Articles Récents

Le livre d'or

livre_20dragon2.gif

Mes balades...

badges-80x15-ALAURE.png

badges-80x15-ANJELICA.jpg

 

Kikimundo

 

 

En sommeil



--milie-bouton.jpg