Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques De Lectures

  • : Chroniques de lecture
  • Chroniques de lecture
  • : Journal de lecture plutôt fourre-tout : des livres encore des livres pour tous les âges et tous les goûts... Vous êtes chez YueYin
  • Contact

On s'y retrouve...quand ils sont à jour

Rechercher

...


badge80x15-DARCY.gif
cmwjoss.gif
babelio-buton.jpg

lca.gif
 

Wikio - Top des blogs - LitteratureWikio - Top des blogs

Archives

billets à venir (un jour)

Middlesex - Eugenides
Mal de pierre - M. Agus
Le lézard lubrique de melancholy grove - Moore
Le passage de la nuit - Murakami
Chocolat - J. Harris
Fascination/tentation - S. Meyer

Les mangeurs d'étoiles - R. Gary
Voleurs de plage - J. Harris
La fille de 3eB - C. grenier
Le libraire - De Moraira
Le désert de la grâce - Pujade-Renaud
La maison en papier - CM Dominguez
Presque un mélo - M Efstathiadi
Le retour de Sethos - E. Peters
Le treizième conte - D. Setterfield
Voie sans issue - Collins Dickens
De si bonnes amies - J. Trollope
L'inconnu d'Athène - A. Zouroudi
Le voyeur du yorkshire
L'appel du passé - E Goudge
L'homme squelette - T. Hillerman
La taupe et le dragon - N. Champetier
Tout là bas - Arlette Cousture
La traversée du continent - M. Tremblay
Breaking Dawn - S Meyer
L'arrière saison - P Besson
Les Baïnes - Eric Holder
Petits arrangements avec l'infame - P Parry
Les 4 filles du docteur March - LM Alcott
Dans les bois eternels - F vargas
Thérèse et Pierrette à l'école des saints anges - M Tremblay
Le baiser des ombres - LK Hamilton
les vendredi d'Eléanore - J Trollope
This is not a love song - JP Blondel
Bonbons assortis - M tremblay
Rececca - D. du Maurier
Accès direct à la plage - JP Blondel
Le puit des histoires perdues - J Fforde
Papa longues jambes - J. Webster
Odd & the frost Giant - N. Gailman
Chagrin ferraille - G. Cook
Riverdream - RR Martin
Fashion Victim - I Cohen Janca
Le jour de grâce - R. Van Gulik
Une saison de Célibat - Schields/Howard
Mort d'une garce - C. Dexter
Qui comme  Ulysse - G Flipo
Qoëlet
Celui qui bave et qui glougloute - Wagner
Le grand Meaulne - A-Fournier
Le chant du cosmos - R Wagner
Préludes/La Baie - K. Mansfield
Souper mortel aux étuves - M. Barrière
Le jour où einstein s'est échappé - J Bialot
La femme coquelicot - N. Châtelet
Les invités - P Assouline
L'évangile selon Pilate - EE Schmitt
Ten big ones - J. evanovitch
Eleven on top
- J. evanovitch
Twelve sharp - J. evanovitch
Tila pirate malgré elle - P. Juste
Un minuscule inventaire - JP Blondel
Au bon roman - L. Cossé
Millenium 1 - S. Larsson
Millenium 2 - S Larsson
La troisième lettre - M. Marineau
Le canyon des ombres - JD Doss
Journal d'un vampire - LJ Smith
True bood 4,5,6,7 - C Harris
Même pas Malte - Maité Bernard
La lettre - Jennifer Tremblay
Le bibliothécaire - Larry Beinhart
Percy Jackson - tome 2,3 et 4
Le journal d'un ange - P. Corbucci



23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 11:12

Dans l’Angleterre edwardienne de l'immédiat avant première guerre mondiale, trois familles se croisent : les Schlegel, jeunes intellectuels idéalistes et esthètes qui ne sont pas sans rappeler le Bloomsbury group, les Wilcox, famille de "bâtisseurs d'empire" solides, étroits d'esprit, conventionnels et pécuniairement ambitieux et enfin les Blast représentant la frange la plus basse de la classe moyenne, relativement éduqués mais pauvres et déclassés.

Helen éprise d'absolu, Margaret plus pratique, Henry totalement imbu de sa personne et de son jugement, Leonard miné par l'aspiration à une autre vie et quelques autres se retrouvent liés par le hasard, la curiosité et des intérêts bien mal compris. Mais  tous peinent à se comprendre ou même échouent totalement tant ils ont de difficultés à surmonter leurs préjugés, croyances et automatismes de classe.

Ce roman de Forster - un de mes auteurs préférés entre tous - a eu un effet surprenant sur moi. J'ai adoré cette peinture sans concession mais pleine d'humanisme d'une société anglaise en pleine mutation et en même temps certains propos, certaines positions - des Wilcox en particuliers soyons claire - m'ont fait l'effet d'une friction de papier de verre sur un coup de soleil... tellement irritant que j'en aurait hurlé. J'ai d'ailleurs fini le livre en marchant de long en large énervée comme un chat avant l'orage. (désolée pour les métaphores mais quand il faut, il faut). Wilcox préfigure avec sa bonne conscience et son argent roi, un discours dominant qui me révulse, celui qui personnalise l'économie en oubliant les hommes, celui qui transforme la solidarité en assistanat ou le partage en piratage. Et je ne vous parle même pas de son discours hypocrite sur les rapports homme femme... rien de nouveau me direz vous ? non rien. On retrouve les thèmes qui ont obsédé à la même époque des écrivains aussi différents que Tolkien et Lawrence et plus tard Zweig : l'abandon à la fois du progrès humaniste et spirituel et de la préservation du passé et de la nature au profit de l'industrie et de la brutalité. Et c'est presque pire ! Après un siècle d'espérance, nous voici de retour au point de départ. Et avec tristesse, je ne peux qu'approuver Margaret constatant que l'idéalisme a besoin d'un minimum de confort matériel - d'argent donc - pour s'exercer et chacun de redouter les lendemains qui déchantent.

Alors certes le talent de Forster est de ne jamais forcer le trait et d'éviter toute caricature. Ses personnages ne sont ni bons, ni mauvais et finalement c'est bien la force unificatrice de Meg qui dominera - à sa façon -  les préjugés diviseurs d'Henry. Après tout, peut être reste-t-il un peu d'espoir pour l'esprit. Attention chef d'oeuvre !

Retour à Howards End - E. M. Forster - 1910


Lu dans le cadre du mois anglais organisé par Titine et Lou et de la LC Forster... d'hier (OUI JE SAIS !) L'avis de Karine, de Chinchilla , de Shelbylee... enjoy et si vous aimez Forster mes billets sur Maurice (Le coups de coeur de coup de coeur), Avec vu l'Arno et La route des Indes.


PS : Je promets que le rapport avec Tolkien n'est pas aussi tiré par les cheveux que certaines mauvaises langues pourraient le penser lisez plutôt, page 295 de mon édition « Pourquoi l'Angleterre n'a-t-elle pas de grande mythologie ? Notre folklore ne va pas au delà d'un certain raffinement et c'est à la flûte grecque qu'ont été confiées nos plus grandes mélodies pastorales. Si profonde et si vraie que soient notre imagination native, elle parait avoir échoué sur ce point. Elle s'est arrêtée aux sorcières et aux fées, sans force pour donner la vie à un coin de moisson ou nommer, dans le ciel, une demi-douzaines d'étoiles. L'Angleterre attend toujours le grand poète qui lui donnera une voix, ou, mieux encore, les mille poètes mineurs dont les voix iront féconder notre langage ». Il arrivait Edward, il était presque là...

PPS : J'ai relevé bien des citations dans ce merveilleux roman mais j'étais trop énervée pour les transcrire, shame shame et double shame...

PPPS : Les Schlegel, deux soeurs et un frère plus jeune, sont inspirés je pense de la famille Stephen qui avec Forster est semble-t-il à l'origine du Bloomsbury group et dont les deux soeurs Vanessa et Virginia devait devenir sous d'autres noms, des plus célèbres...

PPPPS : J'ai revu après avoir refermé le roman, l'adaptation éponyme de Ivory (1992) et elle est toujours aussi excellente...

PPPPPS : vous avez quelquechose contre les post-scriptum ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by yueyin - dans roman britanique
commenter cet article

commentaires

Je 26/06/2013 14:44


je ne sais vraiment pas si je dois.


Le Papou

yueyin 26/06/2013 21:12



pourquoi Forster est vraipment un très grand auteur :-)



Grominou 24/06/2013 18:19


J'avais noté moi aussi l'actualité des thèmes, à tel point que j'étais retourné quelques fois vérifier la date de parution!  Le lien que tu fais avec Tolkien est très intéressant!

yueyin 25/06/2013 22:54



C'est terrible hein et un peu déprimant en fait :-) ce n'est pas que je voie Tolkien partout (quoique) mais il y a des convergences entre les auteurs anglais de cette époque :-)



Alex-Mot-à-Mots 24/06/2013 14:18


Quel beau roman, j'en garde un souvenir ému.

yueyin 25/06/2013 22:53



tout pareil :-)



Lou 23/06/2013 22:01


Vos billets me donnent envie de le relire, j'ai complètement oublié tout ce qui traitait à la mutation de l'Angleterre ! Merci pour ce nouveau billet, je trouve que tu t'en sors plutôt bien même
si certaines te mettent la pression ;)

yueyin 25/06/2013 22:53



merci Lou c'est gentil, c'est le propre des bons livres de pouvoir se relire en apportant toujours quelque chose :-)


 



Choupynette 23/06/2013 18:28


oui, l'adaptation est superbe. je dis ça, j'ai pas lu le bouquin... :))

yueyin 25/06/2013 22:52



je prête en papier si tu veux :-) et je l'ai en anglais en ebook :-)



Articles Récents

Le livre d'or

livre_20dragon2.gif

Mes balades...

badges-80x15-ALAURE.png

badges-80x15-ANJELICA.jpg

 

Kikimundo

 

 

En sommeil



--milie-bouton.jpg