Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques De Lectures

  • : Chroniques de lecture
  • Chroniques de lecture
  • : Journal de lecture plutôt fourre-tout : des livres encore des livres pour tous les âges et tous les goûts... Vous êtes chez YueYin
  • Contact

On s'y retrouve...quand ils sont à jour

Rechercher

...


badge80x15-DARCY.gif
cmwjoss.gif
babelio-buton.jpg

lca.gif
 

Wikio - Top des blogs - LitteratureWikio - Top des blogs

Archives

billets à venir (un jour)

Middlesex - Eugenides
Mal de pierre - M. Agus
Le lézard lubrique de melancholy grove - Moore
Le passage de la nuit - Murakami
Chocolat - J. Harris
Fascination/tentation - S. Meyer

Les mangeurs d'étoiles - R. Gary
Voleurs de plage - J. Harris
La fille de 3eB - C. grenier
Le libraire - De Moraira
Le désert de la grâce - Pujade-Renaud
La maison en papier - CM Dominguez
Presque un mélo - M Efstathiadi
Le retour de Sethos - E. Peters
Le treizième conte - D. Setterfield
Voie sans issue - Collins Dickens
De si bonnes amies - J. Trollope
L'inconnu d'Athène - A. Zouroudi
Le voyeur du yorkshire
L'appel du passé - E Goudge
L'homme squelette - T. Hillerman
La taupe et le dragon - N. Champetier
Tout là bas - Arlette Cousture
La traversée du continent - M. Tremblay
Breaking Dawn - S Meyer
L'arrière saison - P Besson
Les Baïnes - Eric Holder
Petits arrangements avec l'infame - P Parry
Les 4 filles du docteur March - LM Alcott
Dans les bois eternels - F vargas
Thérèse et Pierrette à l'école des saints anges - M Tremblay
Le baiser des ombres - LK Hamilton
les vendredi d'Eléanore - J Trollope
This is not a love song - JP Blondel
Bonbons assortis - M tremblay
Rececca - D. du Maurier
Accès direct à la plage - JP Blondel
Le puit des histoires perdues - J Fforde
Papa longues jambes - J. Webster
Odd & the frost Giant - N. Gailman
Chagrin ferraille - G. Cook
Riverdream - RR Martin
Fashion Victim - I Cohen Janca
Le jour de grâce - R. Van Gulik
Une saison de Célibat - Schields/Howard
Mort d'une garce - C. Dexter
Qui comme  Ulysse - G Flipo
Qoëlet
Celui qui bave et qui glougloute - Wagner
Le grand Meaulne - A-Fournier
Le chant du cosmos - R Wagner
Préludes/La Baie - K. Mansfield
Souper mortel aux étuves - M. Barrière
Le jour où einstein s'est échappé - J Bialot
La femme coquelicot - N. Châtelet
Les invités - P Assouline
L'évangile selon Pilate - EE Schmitt
Ten big ones - J. evanovitch
Eleven on top
- J. evanovitch
Twelve sharp - J. evanovitch
Tila pirate malgré elle - P. Juste
Un minuscule inventaire - JP Blondel
Au bon roman - L. Cossé
Millenium 1 - S. Larsson
Millenium 2 - S Larsson
La troisième lettre - M. Marineau
Le canyon des ombres - JD Doss
Journal d'un vampire - LJ Smith
True bood 4,5,6,7 - C Harris
Même pas Malte - Maité Bernard
La lettre - Jennifer Tremblay
Le bibliothécaire - Larry Beinhart
Percy Jackson - tome 2,3 et 4
Le journal d'un ange - P. Corbucci



30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 10:00

Place Saint-Etienne, Toulouse, mai 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by yueyin - dans images de voyage
commenter cet article

commentaires

lou 10/06/2011 08:19



 


Bon appétit ! Tu as une solide carte bancaire ?





N'oublions pas les vitraux ni les tapisseries de Dom Robert. C'est celui qui était toujours bronzé. Il passait ses journées dans la nature à faire
des croquis. On ne le voyait qu'à l'office du soir. Des fois au dîner, quand il était rentré. Il emportait son panier avec ses crayons et ses couleurs. La liberté.


 



yueyin 11/06/2011 21:43



Grand tolkien, évidemment les genres représentés sont spécifiques mais je ne doute pas un instant que je trouverais de quoi satisfaire ma boulimie ès livres :-))))



lou 09/06/2011 22:33



 


Bien sûr, les femmes peuvent parler aux moines (comment imagines-tu l'entraînement d'un club de rugby féminin ?). Seulement, elles ne sont pas hébergées dans la clôture.


En fait, à En-Calcat, il n'y a pas de clôture, sinon virtuelle. Pour un séjour en couple ou en famille, il y a une maison tout près et on est reçu par le frère (ou père) hôtelier. Ensuite, quand
on est gentil, on peut rencontrer un moine, l'hôtelier par exemple, à l'extérieur du cloître. On peut dire qu'on est athée. Ils en ont vu d'autres. Il y a eu un moine qui a perdu sa foi pendant
plus de vingt ans. Seul le père abbé était au courant. Pendant ce temps, le moine a encouragé la vocation de nombreux novices. Il ne croyait plus au ciel mais ce n'était pas une raison pour
désespérer les autres.


Ce que je te dis sur la libre parole à En-Calcat ne vaut pas pour tous les monastères.


Sainte-Marie-du-désert est très bien aussi.


Frère Robert (quel peut être son âge ?) est probablement toujours là.


Il y a aussi un humour cistercien. De Robert, je tiens quelques provisions.


Pour finir, provisoirement, on trouve à En-Calcat une des plus grandes librairies de France. Les vitraux qui ornent la librairie sont de Denis. Je lui dois beaucoup. Il est mort assez jeune d'un
cancer au cerveau. Cherchez la cause.


 



yueyin 09/06/2011 23:06



euh oui effectivement, je dis des bêtises....


une des plus grandes librairie de france avec vitraux, tu dis ça pour me pousser à la retraite hein :-))))) autant parler d'une boutique de bonbons à mes choux !



lou 09/06/2011 06:33



 


Je suis morte de rire Lou j'adore...J'espère bien, c'était l'intention et tous ces lieux ne sont pas bien loin de chez toi, semble-t-il.



Un couvent de dominicaines à Fanjeaux, c'est Prouilhe.
Une petite attention : de l'autre côté du carrefour, il y a eu, il y a peut-être encore, un couvent-école de dominicaines intégristes. Je ne les ai jamais connues, elles sont sûrement très bien
mais dans une certaine différence.



Un petit ennui à Prouilhe, chez les dominicaines qui travaillent (je les ai vu passer la nuit à moissonner sur des machines, et elles étaient à Laudes, en tenue de religieuse), c'est que les
hôtes (hommes, femmes, couples, enfants) sont hébergés à part et aux repas, ça cause.



Allez ! une autre d'En-Calcat.



Un frère, chargé de l'entraînement du club de rugby féminin de Dourgne (la commune à laquelle est liée l'abbaye) assurait l'accueil à la porterie. Une bonne soeur, l'air sévère, se présente avec
trois novices - charmantes et souriantes.
_ Madame la Révérende ? Ou bien est-ce qu'on dit Ma Révérende Mère ?
_ Ma Mère, seulement.
_ Ma Mère, vous savez ce que j'ai là-dessous (sous sa robe de moine) ?
_ ...
_ Vous voulez voir ?
_ ...
Il a ouvert d'un seul geste sa bure et dessous... il portait le T-shirt du club.
Il m'a semblé que la Révérende ne goûtait pas l'humour bénédictin. Les novices étaient pliées de rire.



yueyin 09/06/2011 21:00



bon je note, pour une retraite préférer En-Calcat :-)))) Ils ont l'air sympathiques ! Même les femmes peuvent parler aux moines ?


Fangeau est le seul couvent dans lequel je suis vraiment entré à cause du lieu qui se visite si on demande poliment. Les soeurs étaient gentilles, elles venaient toutes de loin semble-t-il, les
Indes ou des Philippines pour le moins... fangeau est un bel endroit ;-)


 



lou 07/06/2011 08:28



 


Bon ! Puisque tu le demandes avec autant d'insistance muette, voici les trois choses que Dieu lui-même ne peut pas connaître.


 
1/ Ce que va dire un franciscain qui monte en chaire pour prêcher. Les franciscains parlent du coeur avec une spontanéité tellement immédiate que Dieu en est surpris.
2/ Ce que vient de dire un dominicain qui descend de chaire après avoir prêché. Les dominicains ont un discours tellement compliqué que Dieu ne peut le déchiffrer.
3/ Ce que pense un jésuite en train de prêcher en chaire.


 
Rappelons qu'il s'agit là de la leçon d'un bénédictin.


 
Les moines ont un humour, gentil, que ne soupçonnent pas ceux qui ne les ont pas rencontrés (je conseille tout de même Sainte-Marie-du-désert et En-Calcat - ailleurs, chez les dominicaines, à
Prouilhe, par exemple, c'est très bien ; chez les Frères de Bethléem, dans le massif de la Chartreuse, ce sont des fous : je serai peut-être voué aux flammes de l'enfer pour cette mauvaise
parole, je relate seulement mon expérience).


 
A En-Calcat (bénédictins : les hommes partagent la vie des moines) et à Sainte-Marie-du-désert (cisterciens : les hôtes sont reçus à part, mais on rencontre les moines comme on veut), j'ai fait
plusieurs séjours de deux semaines (c'est rarement autorisé au-delà de 4 à 5 jours). Chez les Bethléem, je n'ai pas tenu 24 heures. Je n'ai aucun goût pour la mortification.


 
Une autre vacherie sur les jésuites (elle est connue).
On demande à un jésuite :
_ est-il vrai que les jésuites répondent toujours à une question par une autre question ?
_ qui vous a dit cela ?


 
Pour toi, Yueyin, et pour tes lecteurs, ce qu'il faut savoir, c'est que les moines vivent dans la joie. Ils font voeu de pauvreté : cela veut dire qu'ils ne possèdent rien personnellement et non
pas qu'ils sont dans la misère. Ils vivent comme tout le monde, mieux que les misérables de notre temps. Ils ont leurs querelles, comme tout le monde.
Un jour, à En-Calcat, deux cuisiniers se sont disputés. L'un des deux a frappé l'autre d'un coup de poêle. Une journée de jeûne, à plat ventre au fond de l'abbatiale. Ce n'était pas le coup,
personne n'était blessé. Mais on ne joue pas avec les ustensiles de cuisine qui sont à tous et qui coûtent cher. Le pauvre !


 



yueyin 08/06/2011 23:33



Je suis morte de rire Lou j'adore... Je ne pense pas plus de mal des moines qu'ils n'en pensent eux même donc, je suis rassurée... sais-tu que j'ai souvent pensé à faire une retraite, moi l'athée
de service, nous avons visité il y a quelques années un couvent de dominicaine à Fangeau (haut lieu du monachisme selon Dominique) qui recevait des hôtes et c'était un lieu magique de nature et
de sérénité (en plus d'être beau et historique) :-)



lou 05/06/2011 22:02



 


Rien que pour toi, et tes lecteurs, une autre traduction. Il fut une époque où je l'aurais transcrite par coeur. Je suis allé la relire. Tu ne la trouveras pas dans le commerce.


 


Si le Seigneur ne bâtit la maison,
en vain peinent les bâtisseurs.


 


Si le Seigneur ne garde la ville,
en vain veillent les gardes.


 


En vain prévenez-vous le jour et retardez-vous le repos,
mangeant le pain de la souffrance ;


 


Car Dieu donne à ceux qu'il aime,
en plein sommeil.


 


Voici l'héritage du Seigneur : des fils,
sa récompense : le fruit du sein.


 


Des flèches aux mains d'un héros,
tels sont les fils de la jeunesse.


 


Heureux l'homme qui de ces flèches
a garni son carquois !


 


Il n'aura pas le dessous, quand il devra plaider
contre des adversaires au tribunal.


Le Psautier d'En-Calcat


 


Maintenant, si tu veux le texte en grec ou en hébreu, je dois avoir des provisions.


Pour ce qui est de la signification, j'ai écrit quelques lignes plus haut, mais je ne suis pas théologien.



Je connais seulement les trois choses que Dieu lui-même ne peut pas connaître. C'est un bénédictin (d'En-Calcat) qui me l'a enseigné.


 


Ciel, dit-elle, je veux savoir !
Patience.


 



yueyin 06/06/2011 21:45



merci Lou, c'est magnifique :-)



Articles Récents

Le livre d'or

livre_20dragon2.gif

Mes balades...

badges-80x15-ALAURE.png

badges-80x15-ANJELICA.jpg

 

Kikimundo

 

 

En sommeil



--milie-bouton.jpg