Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chroniques De Lectures

  • : Chroniques de lecture
  • : Journal de lecture plutôt fourre-tout : des livres encore des livres pour tous les âges et tous les goûts... Vous êtes chez YueYin
  • Contact

On s'y retrouve...quand ils sont à jour

Rechercher

...


badge80x15-DARCY.gif
cmwjoss.gif
babelio-buton.jpg

lca.gif
 

Wikio - Top des blogs - LitteratureWikio - Top des blogs

Archives

billets à venir (un jour)

Middlesex - Eugenides
Mal de pierre - M. Agus
Le lézard lubrique de melancholy grove - Moore
Le passage de la nuit - Murakami
Chocolat - J. Harris
Fascination/tentation - S. Meyer

Les mangeurs d'étoiles - R. Gary
Voleurs de plage - J. Harris
La fille de 3eB - C. grenier
Le libraire - De Moraira
Le désert de la grâce - Pujade-Renaud
La maison en papier - CM Dominguez
Presque un mélo - M Efstathiadi
Le retour de Sethos - E. Peters
Le treizième conte - D. Setterfield
Voie sans issue - Collins Dickens
De si bonnes amies - J. Trollope
L'inconnu d'Athène - A. Zouroudi
Le voyeur du yorkshire
L'appel du passé - E Goudge
L'homme squelette - T. Hillerman
La taupe et le dragon - N. Champetier
Tout là bas - Arlette Cousture
La traversée du continent - M. Tremblay
Breaking Dawn - S Meyer
L'arrière saison - P Besson
Les Baïnes - Eric Holder
Petits arrangements avec l'infame - P Parry
Les 4 filles du docteur March - LM Alcott
Dans les bois eternels - F vargas
Thérèse et Pierrette à l'école des saints anges - M Tremblay
Le baiser des ombres - LK Hamilton
les vendredi d'Eléanore - J Trollope
This is not a love song - JP Blondel
Bonbons assortis - M tremblay
Rececca - D. du Maurier
Accès direct à la plage - JP Blondel
Le puit des histoires perdues - J Fforde
Papa longues jambes - J. Webster
Odd & the frost Giant - N. Gailman
Chagrin ferraille - G. Cook
Riverdream - RR Martin
Fashion Victim - I Cohen Janca
Le jour de grâce - R. Van Gulik
Une saison de Célibat - Schields/Howard
Mort d'une garce - C. Dexter
Qui comme  Ulysse - G Flipo
Qoëlet
Celui qui bave et qui glougloute - Wagner
Le grand Meaulne - A-Fournier
Le chant du cosmos - R Wagner
Préludes/La Baie - K. Mansfield
Souper mortel aux étuves - M. Barrière
Le jour où einstein s'est échappé - J Bialot
La femme coquelicot - N. Châtelet
Les invités - P Assouline
L'évangile selon Pilate - EE Schmitt
Ten big ones - J. evanovitch
Eleven on top
- J. evanovitch
Twelve sharp - J. evanovitch
Tila pirate malgré elle - P. Juste
Un minuscule inventaire - JP Blondel
Au bon roman - L. Cossé
Millenium 1 - S. Larsson
Millenium 2 - S Larsson
La troisième lettre - M. Marineau
Le canyon des ombres - JD Doss
Journal d'un vampire - LJ Smith
True bood 4,5,6,7 - C Harris
Même pas Malte - Maité Bernard
La lettre - Jennifer Tremblay
Le bibliothécaire - Larry Beinhart
Percy Jackson - tome 2,3 et 4
Le journal d'un ange - P. Corbucci



5 janvier 2007 5 05 /01 /janvier /2007 17:00

La difficulté pour moi qui aime la science fiction et la fantasy sous toutes ses formes et depuis longtemps, c'est de trouver du nouveau, d'être étonnée. Oh cela ne m'empêche pas d'apprécier de nouveaux romans. Avec les mêmes ingrédients, on peut composer des tas d'histoires différentes, mais... et la surprise, le dépaysement dans tout ça ? Et bien si vous aimez être dépaysé, bienvenue à Nouvelle-Crobuzon !

Yagharek, le garuda au corps d'homme ailé mais à la tête et aux serres d'aigle, a traversé mers et monde pour trouver celui qui lui rendra le vol. Au lointain Cymek déjà, il a entendu parler d'un savant génial de la ville de Nouvelle-Crobuzon : Isaac Dan der Grimnebulin, suffisamment fou peut-être pour réussir l'impossible.

Isaac vit un amour tabou avec Lin, la Khépri au corps de femme et à la tête scarabe. Sa passion de la science le pousse à accepter l'offre de Yagharek. Pour "la science" il peut aller très loin, trop peut-être. Lin est une artiste. Son espèce peut métaboliser une salive modelable et elle en fait de sublimes sculptures. Pour l'art elle a rompu avec son espèce, pour l'art elle peut aller très loin, trop peut-être. Derkhan leur amie à tous deux est journaliste, c'est aussi une passionaria, une activiste. Pour lutter contre le pouvoir totalitaire et corrompu de Nouvelle-Crobuzon, elle peut aller très loin, trop peut-être.

En étudiant le vol, Isaac libère involontairement sur la ville un cauchemard ailé auquel nul ne semble pouvoir faire face. Les autorités font même appel à la fileuse. Une araignée qui danse sur plusieurs plans d'existence et pour qui la réalité est une toile qu'elle doit rendre esthétique. Pour sauver leur ville, la grouillante, laide, déliquescente Nouvelle-Cobuzon et sa population multiforme, Isaac et les quelques marginaux qui l'accompagnent vont franchir des frontières dont ils ignorent l'existence.

Je pourrais aussi vous parler des différentes formes de vies intelligentes qui coexistent dans cette ville, du premier artéfact qui accède à la conscience et crée sa religion de savoir, du système judiciaire pervers qui impose sa marque sur la ville en créant à force de mutilations des sous-castes d'êtres vivants, et de bien d'autres choses encore dont les moindres ne sont pas les fameux êtres qui menacent la survie même de la ville. Mais je crois que le personnage principal de ce roman, le plus abouti, le plus étrange c'est la ville elle-même : Nouvelle-Crobuzon, multiple, pourrissante, corrompue que de multiples lignes de chemin de fer irriguent comme autant d'artères, couvant  en son centre la fameuse gare de Perdido Street car les montagne elle-même "ne pouvaient égaler en majesté le chaos de la gare de Perdido. des lueurs scintillaient au fil de sa topographie ferroviaire trompeuse, immense, qui recevait les trains dans ses entrailles comme autant d'offrandes. La tour pointue embrochait les nuages comme un épieu brandi mais elle n'était rien à côté de la gare - un simple ajout de béton flanquant l'immense édifice aux airs de léviathan qui se vautrait dans l'océan de la cité."

Un monde riche, fécond, repoussant, inédit, à la croisé du cyberpunk, du steam punk et de la fantasy avec un soupçon de SF au service d'une histoire accrochante et de "vrais" personnages complexes et atypiques : inclassable, difficile, fascinant, à découvrir...

Perdido Street Station - China Miéville -  Pocket fantasy - 2000 - (2003 pour l'édition française) - 969 pages - traduit de l'anglais par Nathalie Mège

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Voilà un cycle dont j'entends parler en bien, et que du coup j'aimerais bien lire :)
Répondre
Y
Un must loba, un must...pas de la pure fantasy plutôt un hybride complètement original et innattendu... :-)
P
je viens de le finir, par moment j'ai eu du mal à lire des descriptions un peu longuess mais pourtant trés utile et à d'autres moments j'engloutissais les chapitres découvrant un univers des plus fascinants , une ville d'un réalisme des plus sordides, des créatures merveilleusement repoussantes, enfin un livre de SF différents.
Répondre
Y
Entièrement d'accord pom, Perdido c'est vraiment différent... :-) -  j'ai hâte de savoir ce que tu en penseras à la fin !
Répondre
P
je viens de démarrer ce livre,je suis plonger dedans sans pouvoir m'en sortir , comme Harry potter nous découvrons un monde fantastique ou évoluent des personnages remplis d'humour presque normal. j'en ai un peu marre de lire du fantasy où il est toujours question de super héros ou personnages mythiques qui doit mener un combat commun pour combattre le mal ce qui est le cas dans le secret de ji, c'est un très bon livre mais le scénario est toujours le même et c'est lassant. dans Perdito Street Station je ne m'ennuie pas une seconde , c'est différend et apréciable.
Répondre
Merci chimère!
en fait j'avais manifestement mal lu.. c'est donc une ile et non une planete... bon en tout cas, je vois que je peux me lancer dedans....!
Répondre

Articles Récents

Le livre d'or

livre_20dragon2.gif

Mes balades...

badges-80x15-ALAURE.png

badges-80x15-ANJELICA.jpg

 

Kikimundo

 

 

En sommeil



--milie-bouton.jpg