Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques De Lectures

  • : Chroniques de lecture
  • Chroniques de lecture
  • : Journal de lecture plutôt fourre-tout : des livres encore des livres pour tous les âges et tous les goûts... Vous êtes chez YueYin
  • Contact

On s'y retrouve...quand ils sont à jour

Rechercher

...


badge80x15-DARCY.gif
cmwjoss.gif
babelio-buton.jpg

lca.gif
 

Wikio - Top des blogs - LitteratureWikio - Top des blogs

Archives

billets à venir (un jour)

Middlesex - Eugenides
Mal de pierre - M. Agus
Le lézard lubrique de melancholy grove - Moore
Le passage de la nuit - Murakami
Chocolat - J. Harris
Fascination/tentation - S. Meyer

Les mangeurs d'étoiles - R. Gary
Voleurs de plage - J. Harris
La fille de 3eB - C. grenier
Le libraire - De Moraira
Le désert de la grâce - Pujade-Renaud
La maison en papier - CM Dominguez
Presque un mélo - M Efstathiadi
Le retour de Sethos - E. Peters
Le treizième conte - D. Setterfield
Voie sans issue - Collins Dickens
De si bonnes amies - J. Trollope
L'inconnu d'Athène - A. Zouroudi
Le voyeur du yorkshire
L'appel du passé - E Goudge
L'homme squelette - T. Hillerman
La taupe et le dragon - N. Champetier
Tout là bas - Arlette Cousture
La traversée du continent - M. Tremblay
Breaking Dawn - S Meyer
L'arrière saison - P Besson
Les Baïnes - Eric Holder
Petits arrangements avec l'infame - P Parry
Les 4 filles du docteur March - LM Alcott
Dans les bois eternels - F vargas
Thérèse et Pierrette à l'école des saints anges - M Tremblay
Le baiser des ombres - LK Hamilton
les vendredi d'Eléanore - J Trollope
This is not a love song - JP Blondel
Bonbons assortis - M tremblay
Rececca - D. du Maurier
Accès direct à la plage - JP Blondel
Le puit des histoires perdues - J Fforde
Papa longues jambes - J. Webster
Odd & the frost Giant - N. Gailman
Chagrin ferraille - G. Cook
Riverdream - RR Martin
Fashion Victim - I Cohen Janca
Le jour de grâce - R. Van Gulik
Une saison de Célibat - Schields/Howard
Mort d'une garce - C. Dexter
Qui comme  Ulysse - G Flipo
Qoëlet
Celui qui bave et qui glougloute - Wagner
Le grand Meaulne - A-Fournier
Le chant du cosmos - R Wagner
Préludes/La Baie - K. Mansfield
Souper mortel aux étuves - M. Barrière
Le jour où einstein s'est échappé - J Bialot
La femme coquelicot - N. Châtelet
Les invités - P Assouline
L'évangile selon Pilate - EE Schmitt
Ten big ones - J. evanovitch
Eleven on top
- J. evanovitch
Twelve sharp - J. evanovitch
Tila pirate malgré elle - P. Juste
Un minuscule inventaire - JP Blondel
Au bon roman - L. Cossé
Millenium 1 - S. Larsson
Millenium 2 - S Larsson
La troisième lettre - M. Marineau
Le canyon des ombres - JD Doss
Journal d'un vampire - LJ Smith
True bood 4,5,6,7 - C Harris
Même pas Malte - Maité Bernard
La lettre - Jennifer Tremblay
Le bibliothécaire - Larry Beinhart
Percy Jackson - tome 2,3 et 4
Le journal d'un ange - P. Corbucci



28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 10:44
A l'initiative de Jos, bon nombre de blogueurs méditent sur le poème qui les a le plus marqué... D'aussi loin que je me souvienne j'ai toujours été sensible aux mots, aux formules et tout naturellement aux poèmes ! Difficile pour moi d'en choisir un seul.

Bizarrement malgré ce goût pour la poésie, j'ai oublié tous ceux que j'ai dû apprendre à l'école. tous ? non ! Il y en a un qui est gravé dans ma mémoire depuis la sixième, je devais donc avoir dans les 11 ans. Parfois sans raison, je me mets à le réciter, voire à le déclamer, in extenso. Pourquoi celui-là ? Mystère et piraterie !

Les conquérants

Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal,

Fatigués de porter leurs misères hautaines,
De Palos de Moguer, routiers et capitaines
Partaient, ivres d'un rêve héroïque et brutal.

Ils allaient conquérir le fabuleux métal
Que Cipango mûrit dans ses mines lointaines,
Et les vents alizés inclinaient leurs antennes
Aux bords mystérieux du monde Occidental.

Chaque soir, espérant des lendemains épiques,
L'azur phosphorescent de la mer des Tropiques
Enchantait leur sommeil d'un mirage doré ;

Ou penchés à l'avant des blanches caravelles,
Ils regardaient monter en un ciel ignoré
Du fond de l'Océan des étoiles nouvelles.


José-Maria de Hérédia - Les trophées

Partager cet article

Repost 0
Published by yueyin - dans poèmes
commenter cet article

commentaires

Naïk 15/06/2007 21:11

Je ne connaissais pas ce poème de Héredia, mais je vais mettre ce recueil sur  ma liste des livres à livre ! j'aime beaucoup cette idée de présenter des poèmes qui nous ont touchés  !

yueyin 15/06/2007 21:17

Je cris que l'idée a eu à juste titre un beau succès...

Nanne 06/06/2007 19:21

Il est rare de citer ce poète magnifique qu'est Hérédia. C'est un très beau poème, dont je ne me souviens pas de l'avoir étudié en classe. Par contre, j'ai une passion pour le poème (très classique !!) "Liberté" de Paul Eluard.... Et par le pouvoir d'un motJe recommence ma vieJe suis né pour te connaîtrePour te nommerLiberté ...

yueyin 15/06/2007 21:18

Un très beau poème aussi, je dois dire !

tina 02/06/2007 16:44

Moi, c'est un poème de Prévert : en sortant de l'école, nous avons rencontré, un grand chemin de fer, qui nous a emmené, tout autour de la terre, dans un wagon doré ... comme quoi, on devait vraiment avoir besoin de s'évader, vers 11 ans ... (je m'en souviens avec la voix des Frères Jacques qui l'ont chanté).Et un autre de Du Bellay, dont je ne me rapelle plus le titre (yue-yin, ça devrait te rappeler quelque chose), qui décrit une danse macabre et qui nous changeait de l'éternelle rose : "je n'ai plus que les os, un squelette je semble .... " Et après ? Quelle mémoire ....

yueyin 02/06/2007 22:07

Je n'ay plus que les os, un Schelette je semble, Decharné, denervé, demusclé, depoulpé, Que le trait de la mort sans pardon a frappé, Je n'ose voir mes bras que de peur je ne tremble. Apollon et son filZ deux grans maistres ensemble, Ne me sçauroient guerir, leur mestier m'a trompé, Adieu plaisant soleil, mon oeil est estoupé, Mon corps s'en va descendre où tout se desassemble. Quel amy me voyant en ce point despouillé Ne remporte au logis un oeil triste et mouillé, Me consolant au lict et me baisant la face, En essuiant mes yeux par la mort endormis ? Adieu chers compaignons, adieu mes chers amis, Je m'en vay le premier vous preparer la place.C'est du Ronsard mâme tina mais effectivement ça change un peu de l'eternelle rose :-) j'adore !Le poème de prevert ne me dit rien par contre... faudra que je cherche

fashion victim 28/05/2007 21:43

Tiens, c'est marrant, je l'ai appris en 5° et je m'en souviens toujours par coeur (et hasard des programmes, je le fais toujours apprendre aux élèves de 5°, puisque les grands explorateurs sont au programme...). Ah! les explorateurs et les pirates!! (soupir)

yueyin 29/05/2007 22:20

En cinquième vraiment ? Peut être que moi aussi alors, de toute façon dans ces eaux là ! tes élèves ont de la chance... C'est bizarre comme ce poème reste en tête, question d'image peut-être !

Turquoise 28/05/2007 21:03

Aïe ! ton blog aussi m'est devenu difficilement lisible avec tous ces hiéroglyphes ! (Vivement mon nouvel ordi...) J'ai quand même reconnu ce poème magnifique de José Maria de Hérédia, que j'avais appris au lycée comme toi... En le relisant aujourd'hui grâce à toi, je le trouve toujours aussi beau...

Personnellement, j'ai toujours en mémoire "La tasse chinoise", de Théodore de Banville. De mémoire :

"Miss Hélène, versez-moi le thé
Dans la belle tasse chinoise
Où les poissons d'or cherchent noise
Aux monstres roses épouvantés (...)"

Bonne semaine, Yueyin !

yueyin 29/05/2007 22:31

bonjour Turquoise, j'adore ce poème de Banville, dis moi je fabule ou il y a déjà comme un parfum de Haiku dans ces vers :-)J'espère que tu disposeras bientôt d'un meilleur ordi, c'est peut être le changement de version qui te pose des problèmes d'affichage, groumph de technologie !

Articles Récents

Le livre d'or

livre_20dragon2.gif

Mes balades...

badges-80x15-ALAURE.png

badges-80x15-ANJELICA.jpg

 

Kikimundo

 

 

En sommeil



--milie-bouton.jpg